•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course à la direction du Parti conservateur : Brad Wall ne sera pas candidat

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, au moment de l'annonce de sa démission.

Le nom de l'ancien premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, s'est rapidement retrouvé sur les réseaux sociaux quelques minutes après la démission d'Andrew Scheer, jeudi, à Ottawa. Il était perçu parmi d'autres comme un candidat potentiel au poste de chef du Parti conservateur du Canada.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Perçu par plusieurs comme un candidat potentiel à la succession d’Andrew Scheer comme chef du Parti conservateur du Canada (PCC), l’ancien premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall ferme la porte à cette possibilité.

Dans un message publié sur son compte Twitter vendredi matin, Brad Wall affirme qu'il est honoré d’avoir reçu l’appui de bon nombre de personnes pour se lancer dans la course à la direction du parti, mais qu'il se rangera plutôt derrière la candidature de Rona Ambrose, si cette dernière décide officiellement de tenter sa chance.

Quelques instants après qu’Andrew Scheer eut annoncé sa démission en tant que chef du PCC, jeudi, à Ottawa, Brad Wall a publié un message pour remercier le député de Regina-Qu’Appelle pour les services qu’il a rendus au parti.

Brad Trost passe aussi son tour

L’ancien député fédéral dans Saskatoon-University et ex-candidat à la direction du PCC en 2017 Brad Trost a également fait savoir qu’il ne devrait pas tenter sa chance cette fois-ci.

J’adore ma province, je suis un partisan de l’industrie pétrolière, mais, à moins qu'il n'y ait quelqu'un d'exceptionnel dans les Prairies, je pense que ce serait un avantage si le prochain chef [du Parti conservateur] venait de l’est, affirme-t-il.

Brad Trost se dit néanmoins surpris du moment choisi par Andrew Scheer pour annoncer son départ. Il croyait plutôt qu’une telle annonce surviendrait en janvier, lors de la reprise des travaux à la Chambre des communes.

Beaucoup de gens se doutaient qu’une décision comme-là viendrait. Les politiciens sont réalistes, ils comprennent qu’à un certain moment ils doivent partir si la situation le demande.

Brad Trost, ancien candidat à la direction du Parti conservateur du Canada
Les candidats à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, Kellie Leitch et Brad Trost.

Brad Trost (à droite) s'est mesuré à Andrew Scheer (à gauche), notamment, lors de la dernière course à la direction du Parti conservateur du Canada, qui s'est conclue en 2017.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Il trouve curieux que le caucus ait décidé de garder Andrew Scheer en tant que chef intérimaire. Selon lui, il aurait été préférable de nommer quelqu’un d’autre pour amener un vent de fraîcheur aux troupes conservatrices dans l’attente d’un nouveau chef.

Brad Trost croit aussi que le PCC doit revoir une partie de son programme politique afin d’attirer davantage les immigrants qui demeurent en dehors des comtés traditionnellement conservateurs que l’on retrouve dans l’ouest du pays.

Des Saskatchewanais comme candidats?

Selon le responsable du département de politique et d’études internationales de l’Université de Regina, Jim Farney, il ne faut pas s’attendre à ce qu’un politicien de la Saskatchewan soit l’un des candidats pour le poste.

Lorsque j'examine les candidats potentiels à la direction [du Parti conservateur], je ne m’attends pas à ce que quelqu’un de la Saskatchewan figure sur cette liste, dit Jim Farney.

La situation pourrait avoir, selon lui, des répercussions sur la portée de la voix des Saskatchewanais à Ottawa, qui est déjà moins forte auprès de Justin Trudeau depuis les dernières élections fédérales du 21 octobre.

Aucun député au sein du gouvernement libéral actuel n’a été élu en Saskatchewan.

Avec les informations de Karel Houde-Hébert et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique fédérale