•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diminution remarquée des accusations de conduite avec les facultés affaiblies en décembre

Un patrouilleur aborde un automobiliste immobilisé à un barrage routier

Des 6 700 accusations de conduite avec facultés affaiblies du 1er janvier à la mi-octobre 2018 en Ontario, 283 infractions étaient reliées à la consommation de drogue.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Service de police du Grand Sudbury dépose de moins en moins d’accusations de conduite avec facultés affaiblies pendant le mois de décembre depuis quelques années.

Alors que plus de vingt personnes ont été accusées en décembre 2016, ce chiffre est tombé à 8 en 2018. Les chiffres ne sont pas disponibles pour 2019 puisque le mois n’est pas encore terminé.

Accusation de conduite avec facultés affaiblies à Sudbury

  • Décembre 2016 : 23
  • Décembre 2017 : 10
  • Décembre 2018 : 8

Le nombre risque cependant d’augmenter cette année puisque 6 personnes ont été accusées de conduite avec facultés affaiblies lors d’un barrage routier tenu vendredi dernier.

Le groupe citoyen contre l’ivresse au volant, Action Sudbury, a commandité ce barrage routier, comme il le fait chaque année depuis 35 ans. Le président Ronald Roy se réjouit de la baisse du nombre d’accusations dans les dernières années.

Ça veut dire qu’on fait quelque chose de bien. La plupart du monde a compris le message.

Ronald Roy, président de Action Sudbury

L’inspecteur Daniel Depatie de la police de Sudbury met en garde toutefois contre les conclusions hâtives.

Quand ça vient aux statistiques et aux données, il y a beaucoup de variables : est-ce que ça veut dire qu’il y a moins de conducteurs avec des facultés affaiblies ou est-ce que nous étions au bon endroit au bon moment ? nuance-t-il.

Un policier en uniforme se tient devant une route.

L'inspecteur Daniel Depatie, de la police du Grand Sudbury.

Photo : Radio-Canada

Employé du service de police de Sudbury depuis 22 ans, il croit toutefois que le message de précaution au volant passe de mieux en mieux.

Avec toute l’éducation qu’on fait dans les écoles, le message est passé. Mais ça implique les humains et les humains font des erreurs de jugement, rappelle le policier.

Cannabis au volant

Plus d’un an après la légalisation du cannabis au Canada, l’inspecteur dit ne pas avoir remarqué d’incidence sur le nombre d’accusations de conduite avec facultés affaiblies.

Jusqu’à date, nous n’avons pas vu de grands changements en fait d’accusations criminelles vis-à-vis du cannabis.

Daniel Depatie, inspecteur du Service de police du Grand Sudbury

La récente légalisation des produits consommables au cannabis inquiète toutefois Ronald Roy, qui y voit le prochain grand danger sur la route.

Même le gouvernement ne sait pas à quel niveau tu peux être en état d’ébriété ! Il y a bien des recherches à faire encore, affirme-t-il.

La police assure toutefois que ses agents ont été formés pour reconnaître les signes de facultés affaiblies par le cannabis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Réseau routier