•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hôpital du Pontiac : des intervenants demandent des réponses après le décès d'un bébé

Une pancarte annonce le Centre hospitalier situé à Shawville à proximité du stationnement en hiver.

La ministre de la Santé a rappelé que de nouvelles infirmières arriveront au début janvier à l’Hôpital du Pontiac (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Des intervenants demandent des réponses aux questions soulevées par le décès d’un bébé dont la mère a accouché en septembre dernier à l’Hôpital du Pontiac, à Shawville.

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a qualifié le drame d’énorme tristesse. Elle a répété que la sécurité des mères et des bébés à Shawville demeure la priorité numéro un.

On suit toujours la situation à Shawville. On fait en sorte que tout soit sécuritaire et on fait en sorte que notre personnel soit soutenu.

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

La ministre McCann a refusé de commenter le dossier du petit Oly, en raison de l’enquête du Bureau du coroner en chef de l’Ontario. L'enquête est menée par l'Ontario, puisque le bébé avait été transféré au Centre hospitalier pour enfant de l'est de l'Ontario (CHEO). Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais a également lancé une enquête interne.

Le témoignage de la mère à Radio-Canada a fait bondir le président-directeur général du Conseil pour la protection des malades. Le problème est qu'on n'avait pas d'obstétricien sur place, a tonné Paul Brunet à l’émission Les matins d’ici. Ça ne s'appelle pas une équipe complète. [Un médecin] sur appel, ce n'est pas comme ça qu'on traite les patients.

Ce n'est pas comme ça qu'on donne des soins. Est-ce que quelqu'un va finir par comprendre ça?

Paul Brunet, PDG du Conseil pour la protection des malades

Me Brunet a saisi l’occasion pour rappeler le principe d’universalité des soins de santé et l’importance de les recevoir de manière compétente au moment où on en a besoin. Pas sur pagette ou sur appel.

Il a remis en question l’efficacité des gouvernements qui se sont succédé à Québec dans les vingt dernières années. Ce n'est pas à nous le fardeau de la preuve. C'est à eux! a-t-il dit, faisant référence aux ministères et aux autorités régionales.

Des réponses sont nécessaires, selon André Fortin

La communauté complète va vouloir des réponses, a renchéri de son côté le député libéral de Pontiac et représentant de l'opposition officielle en matière de santé.

André Fortin a ciblé autant le gouvernement caquiste que le CISSS de l’Outaouais. Apparemment, il y aurait un enjeu de qualité de service quand l'unité [d'obstétrique] est même en fonction à l’Hôpital du Pontiac, a-t-il lancé à l’émission Sur le vif. Est-ce que les médecins sont assez prêts quand ils sont sur appel? Est-ce que les infirmières sont formées? Est-ce qu'il y en a assez?

D’autres infirmières début janvier

L'hôpital de Shawville est aux prises avec plusieurs ruptures de services en obstétrique, dix depuis le mois de septembre. Toutefois, le CISSS de l'Outaouais ne considère pas qu'une telle rupture était en cours au moment de l'accouchement tragique.

Si le député Fortin salue l'entente récente conclue entre Québec et la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ), le problème dans le Pontiac, c'est les infirmières, a-t-il rappelé. Il manque clairement d'infirmières pour s'occuper de la maman et du bébé après la naissance.

La ministre McCann a pour sa part souligné que de nouvelles infirmières arriveront au début janvier à l’Hôpital du Pontiac – le 3 janvier, a -t-elle précisé. Nous pourrons à ce moment-là ouvrir un service permanent, complet [à] Shawville, a-t-elle ajouté. Ce sont de très bonnes nouvelles.

Quant à l’interruption de service en vigueur pendant les Fêtes, Mme McCann l’a qualifiée de pause, ajoutant du même souffle que l’hôpital demeure sécuritaire pour les femmes enceintes. Pour des accouchements d'urgence, si elles sont sur le point d'accoucher, les urgentologues à Shawville sont formés, a-t-elle soutenu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Établissement de santé