•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le BST a terminé son travail sur le site de l’accident d'avion dans l’île Gabriola

Un avion écrasé au sol.

Selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada, il y a beaucoup de débris sur la scène de l'écrasement d'avion, qui est survenu mardi.

Photo : La Presse canadienne / Paolo Gastaldello

Radio-Canada

Après trois jours, les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports (BST) ont bouclé leur travail sur les lieux de l’accident du bimoteur qui s’est écrasé sur l’île Gabriola mardi soir, en Colombie-Britannique. Cet accident a coûté la vie à deux hommes et une femme.

Le service de contrôle aérien de l’aéroport de Nanaimo a reçu une alerte que l’avion avait « un problème d’équipement », selon un rapport préliminaire de Nav Canada.

Le Bureau des coroners dit avoir confirmé l'identité d'une seule victime, mais ne l'annoncera pas au public pour des raisons de respect de la vie privée du défunt.

Pour le moment, seule l'identité du pilote est connue, même si le Bureau du coroner ne confime rien pour le moment. Il s'agit d'Alex Bahlsen, qui était instructeur de vol et examinateur à Transport Canada.

L’avion a frappé le sol avec un tel impact que les inspecteurs ont peiné à vérifier l’immatriculation de l’appareil, selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST).

Peu de temps après avoir signalé un problème d’équipement, l’avion est disparu du radar du service de contrôle aérien de l'aéroport de Nanaimo, selon un document publié par Transport Canada.

Nav Canada est une société qui possède et exploite le système de navigation aérienne civile du Canada.

Peu de détails sont connus quant aux circonstances ayant mené l'appareil à s'écraser au sol.

Des experts en aviation s’entendent cependant pour dire que l’avion a éprouvé des problèmes techniques ou mécaniques avant de s’écraser.

« Si le pilote perd certaines informations en raison d’un problème d’équipement, c’est comme s’il perdait la vue », estime Bill Yearwood, un ancien inspecteur pour le BST.

Selon des témoins, l'avion volait à basse altitude et semblait en difficulté dans les minutes qui ont précédé l'accident.

Une équipe du BST enquête, mais elle devra composer avec le fait que la majorité des éléments de l’avion se sont désintégrés lors de l'impact et de l'incendie qui a suivi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Accidents et catastrophes