•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève des enseignants anglophones : ce pourquoi des écoles françaises sont aussi fermées

Des enseignants tiennent des affiches avec le message : « pas de coupes en éducation ».

Les membres de la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO) ont organisé des grèves d'un jour les 4 et 11 décembre.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

Alors que la Fédération des enseignants des écoles secondaires anglaises de l'Ontario (FEESO) pourrait annoncer, vendredi, une troisième grève d'un jour, les conseils scolaires francophones Viamonde et MonAvenir expliquent qu'ils ont dû fermer leurs écoles lors des deux journées précédentes de débrayage du syndicat pour des raisons de « sécurité », notamment.

Des milliers d'élèves ontariens ont été privés de cours le 4 et le 11 décembre dernier.

La majorité d'entre eux fréquentaient des écoles secondaires publiques anglaises. Toutefois, lors de la dernière grève d'un jour de la FEESO, par exemple, une quarantaine d'écoles françaises de l'élémentaire et du secondaire étaient aussi fermées.

Le Conseil scolaire catholique MonAvenir explique que la FEESO représente aussi des aides-enseignants et du personnel de soutien administratif travaillant dans ses écoles.

Nous devions fermer les écoles en l’absence de ces membres pour des raisons de sécurité, précise la porte-parole de MonAvenir, Virginie Oger.

[Les employés de soutien représentés par la FEESO] gèrent la sécurité des bâtiments, l’ouverture des portes, font la réception des appels d’urgence et l’assiduité des élèves notamment. Par ailleurs, ces membres sont indispensables pour la supervision des élèves.

Virginie Oger, porte-parole du Conseil MonAvenir

Maternelle

C'est sans parler du rôle joué par les éducatrices et les éducateurs de la petite enfance dans les classes de maternelle et jardin. Ces syndiqués sont eux aussi représentés par la FEESO dans les écoles du Conseil public Viamonde, explique Claire Francoeur, porte-parole du Conseil.

Lorsque [les éducatrices de la petite enfance] sont en grève, nous ne pouvons offrir des cours aux élèves de la maternelle et du jardin d’enfants. Leur absence fait en sorte qu’il nous est impossible de poursuivre nos opérations sans contrevenir à la loi (dépassant le ratio adulte/élèves dans une classe).

Claire Francoeur, porte-parole du Conseil Viamonde

Mme Francoeur reconnaît que la situation peut semer la confusion chez les parents, parce que « les noms des syndicats portent à confusion et que leur membriété diffère d’un conseil à l’autre ».

Pour leur part, les enseignants franco-ontariens (AEFO) doivent prendre part à un vote de grève du 18 au 20 décembre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation