•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de l’ingérence fédérale pour une Première Nation de la Saskatchewan

Panneau d'arrêt bilingue en anglais et en langue crie.

La Première nation Beardy's et Okemasis a élaboré des politiques concernant le financement qu'elle reçoit du gouvernement fédéral (archives).

Photo : Radio-Canada / Alfonse Mondello

Radio-Canada

La Nation crie Beardy’s et Okemasis, au nord-est de Saskatoon, a récemment appris que le gouvernement fédéral n'interviendra plus dans la gestion de ses finances. Depuis 20 années, elle était sous surveillance financière fédérale.

Dans une lettre datée du 4 décembre 2019, Services autochtones Canada a indiqué que la Première Nation avait réussi à se soustraire à toutes les exigences de la politique de prévention et de gestion des manquements du ministère fédéral, et que ses rapports financiers trimestriels ne seront plus requis.

Selon le chef Roy Petit, membre depuis 2014 du conseil de la nation, cette annonce grandiose survient alors que la santé financière de la nation n’a jamais été aussi stable.

La Nation crie Beardy’s et Okemasis reçoit chaque année des subventions du gouvernement fédéral. Le chef indique que l'argent que la nation reçoit d’Ottawa est rapidement absorbé par les coûts de fonctionnement, et qu'il ne reste pas beaucoup d'argent pour couvrir tous les autres coûts.

Cependant Beardy’s et Okemasis peut compter sur la location de ses terres aux agriculteurs et aux résidents locaux pour lui assurer un revenu d’un million de dollars par an. La communauté bénéficie aussi de revenus provenant de plusieurs entreprises qu’elle a créées.

Des bénéfices que la Première Nation souhaite réinvestir notamment pour agrandir la salle des anciens combattants et ajouter des centres d'entraînement, des bureaux et des salles de classe.

Avec les informations de David Shield

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Politique