•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndiqués du CN craignent un transfert d'emplois de Montréal à Edmonton

Une locomotive approche.

Un train de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, ou Canadien National (CN), à Montréal.

Photo : Reuters / Christinne Muschi

Maxime Bertrand
Mis à jour le 

Des syndiqués craignent que le Canadien National (CN) s’apprête à transférer tous les postes de contrôleurs ferroviaires de Montréal à Edmonton.

Les représentants des travailleurs soutiennent qu’un tel transfert signifierait pour Montréal la perte de postes très bien rémunérés – à plus de 100 000 $ par année – et de travailleurs chevronnés.

Les contrôleurs ferroviaires sont responsables de la circulation sur le réseau du CN partout au Canada.

Actuellement, ils sont répartis dans trois centres : celui de Toronto, qui doit fermer ses portes et où il ne reste qu’une dizaine d’employés en ce moment, ainsi que ceux de Montréal et d’Edmonton qui comptent plus d’une centaine de travailleurs chacun.

Comme le centre de Toronto cessera ses activités, une vingtaine de ses employés ont été transférés à Montréal plus tôt cette année.

Or, à peine installés au Québec, ces employés ont appris qu’ils devront bientôt déménager leurs pénates à Edmonton, en Alberta.

Selon Teamsters Canada, l’avis de l’employeur a été envoyé le 18 novembre, soit un jour avant le déclenchement de la grève qui a paralysé l’entreprise de chemins de fer pendant une semaine.

Malgré le retour au travail, les relations entre les employés et l’employeur sont très tendues, explique la partie syndicale.

Certains syndiqués croient que le CN s’apprête à transférer tous les contrôleurs ferroviaires à Edmonton.

Ils en veulent pour preuve l’affichage de nombreux postes de contrôleurs ferroviaires sur les sites de recherche d’emploi.

La direction du CN affirme toutefois qu’elle n’a pas l’intention de fermer le Centre de contrôle ferroviaire de Montréal.

Dans un courriel, la direction soutient que « pour des raisons d’efficacité et de gestion, il a été décidé que les opérations pour le Nord de l’Ontario seraient contrôlées d’Edmonton à partir du printemps 2020. Il faut noter que ce bureau [Nord de l’Ontario] n'est à Montréal que depuis tout récemment, puisque le CN évalue constamment ses besoins et prend des décisions sur une base opérationnelle et continue. Moins d’une quinzaine d’employés sont touchés par ce changement ».

Le porte-parole de l’entreprise ferroviaire ajoute que « le CN a son siège social à Montréal depuis plus de 100 ans. Plus de 3000 employés travaillent à Montréal, dont la très grande majorité de nos dirigeants, et cela ne changera pas ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Économie