•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ACFA reprend les rênes du Franco et congédie la rédactrice en chef

Plan serré de la première page du journal Le Franco.

C'est l'Association canadienne-française de l'Alberta qui est propriétaire du seul journal francophone en Alberta, « Le Franco ».

Photo : Radio-Canada

Mirna Djukic

L’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) a dissous le conseil d’administration du journal Le Franco et congédié sa rédactrice en chef, Hélène Lequitte, coupant court à la quête d'indépendance du journal. L'ACFA est propriétaire du Franco.

Le conseil d'administration au complet a été [dissous] et on a demandé à Hélène Lequitte de quitter son poste, sans cause, affirme Louis Grenier, qui était, jusqu’à jeudi, président du conseil d'administration du journal.

Il dit que c’est la présidente de l’ACFA qui lui a appris la nouvelle de la dissolution au cours d’une réunion téléphonique à laquelle participait également le reste du conseil d'administration de l’ACFA, jeudi vers 16 h.

On m’a alors demandé de quitter la ligne, pour la simple raison que je n’avais plus ma place et je l’ai fait, raconte-t-il.

La rédactrice en chef du journal a pour sa part reçu une lettre de mise à pied « sans cause ».

Le journal Le Franco appartient à l’ACFA depuis 1928. L’an dernier, il a cependant demandé et obtenu la création un conseil d’administration indépendant, dans le but de protéger sa liberté éditoriale. Cette année, le conseil d'administration a fait une offre d’achat à l’ACFA.

Le journal souhaitait ainsi devenir un organisme à but non lucratif, indépendant et admissible à des subventions pour les médias communautaires afin d'assurer son avenir financier. L’ex-président de l’ACFA s’était dit en faveur de cette démarche, mais après le tollé et l'importante controverse que cela avait soulevés, il a remis le dossier entre les mains de la nouvelle présidente, Sheila Risbud.

Les employés du journal attendaient que le conseil d'administration de l’ACFA prenne une décision à ce sujet. L'un d'entre eux dit avoir été averti jeudi que la vente ne serait pas approuvée, que leur directrice était congédiée et que leur conseil d'administration était dissous.

Le comité exécutif de l’ACFA gouvernera donc le journal jusqu’à nouvel ordre.

Louis Grenier dit qu’on lui a assuré que l’indépendance éditoriale du Franco serait respectée, en appliquant la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada, rédigée et adoptée par l’Association de la presse francophone.

Il espère que ce sera le cas, mais croit que cela pourrait se révéler difficile sans un conseil d'administration indépendant.

Au moment de la publication, la présidente de l'ACFA n’avait pas répondu aux demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Francophonie