•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès d'un ex-cadre de SNC-Lavalin : pas de verdict après un jour de délibérations

L'ancien vice-président de SNC-Lavalin croise les bras.

Sami Bebawi, 73 ans, a plaidé non coupable à cinq chefs d'accusation, notamment de fraude, de corruption d'un agent public étranger et de recyclage de produits de la criminalité.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Les jurés ont terminé leur première journée de délibérations sans rendre de verdict dans le procès pour fraude et corruption d'un ancien cadre de SNC-Lavalin.

Sami Bebawi, 73 ans, a plaidé non coupable à cinq chefs d'accusation, notamment de fraude, de corruption d'un agent public étranger et de recyclage de produits de la criminalité.

Les jurés ont posé une question jeudi concernant le fait de réécouter des témoignages.

La Couronne a qualifié l'affaire de fraude internationale et de corruption, et soutient que Sami Bebawi était à la tête du stratagème qui permettait d'obtenir de lucratifs contrats.

Le procès a examiné plusieurs grands projets d'infrastructure et s'est concentré sur les relations avec Saadi Kadhafi, l'un des fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi, pour faciliter les accords.

La défense a rejeté l'idée que le fils Kadhafi était un « agent public étranger », comme le stipule le chef d'accusation. Saadi Kadhafi a plutôt été décrit comme un enfant gâté qui avait certes une ligne directe avec le dictateur libyen, mais qui n'avait pas le pouvoir de conclure lui-même des contrats.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Procès et poursuites

Justice et faits divers