•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La démission d’Andrew Scheer est « une bonne décision » selon Luc Berthold

Luc Berthold, député de Mégantic-l'Érable.

Luc Berthold, député de Mégantic-l'Érable.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député conservateur de Mégantic-l'Érable, Luc Berthold, pense que le choix d’Andrew Scheer de démissionner de la tête du Parti conservateur, jeudi, est une « bonne décision ».

Comme l’explique M. Berthold, lui et ses collègues députés du Parti conservateurs ont laissé à leur chef « le soin de faire sa propre réflexion » à savoir s’il fallait qu’il démissionne ou non.

On a un processus dans notre parti qui aurait fait en sorte que les membres auraient voté en avril prochain pour lui dire s’ils étaient satisfaits ou pas de la manière dont il dirigeait notre parti. On doit le faire à chaque élection qu’on perd, souligne M. Berthold.

Andrew Scheer a donc pris sa décision avant de faire face à ce vote de confiance de son parti. Il l’a fait avec une grande humilité de dire qu’il n’était pas la bonne personne pour diriger le parti pour nous faire aller vers une victoire, continue Luc Berthold.

M. Berthold reconnaît que M. Scheer faisait face à de nombreuses contestations et critiques, au sein même du parti. Mais lorsqu’on le questionne s’il faisait partie des mécontents, il préfère se montrer prudent.

Je n’ai pas annoncé mes couleurs. Je n’ai pas dit à notre chef de partir ou pas.

Luc Berthold, député conservateur de Mégantic-l'Érable

Il salue tout de même le travail de M. Scheer comme chef du parti. Il a quand même fait en sorte que le nombre de députés conservateurs soit passé de 99 à 122. On a quand même un bon bilan, martèle-t-il.

Quand on lui demande qui, selon lui, serait le meilleur candidat pour être à la tête du Parti conservateur, M. Berthold préfère ne pas répondre.

Je n’en ai pas. Je veux laisser le chantier ouvert. On veut choisir la meilleure personne parce qu’on a un défi, battre Justin Trudeau aux prochaines élections. C’est un gouvernement minoritaire. Cette élection-là peut arriver très rapidement, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique fédérale