•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jody Wilson-Raybould refuse de quitter ses bureaux ministériels à Ottawa

Une femme souriante avec une veste noire et des motifs autochtones blanc pose déambule parmi des militants heureux.

Jody Wilson Raybould refuse de quitter le bureau qu'elle occupait lorsqu'elle était ministre libérale.

Photo : maggie macpherson/cbc / Maggie MacPherson

Radio-Canada

Jody Wilson-Raybould refuse de quitter les bureaux de la colline du Parlement qui lui ont été attribués lorsqu’elle était ministre, malgré le fait qu'elle est maintenant députée indépendante de Vancouver-Granville et qu’elle n'y a plus droit.

Jody Wilson-Raybould et ses employés, qui sont peu nombreux, occupent présentement une série de six bureaux équipés d'une salle de bain privée au quatrième étage de l'édifice de la Confédération à Ottawa. Lorsqu'elle était ministre, elle avait un nombre d’employés plus important.

Ce genre de locaux sont rares à Ottawa. Les libéraux ont donc demandé à récupérer ceux qu'utilisait Jody Wilson-Raybould pour l'un de leurs ministres nouvellement nommés. Des sources indiquent que c’est au ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, également député du Manitoba, que les libéraux voulaient l'attribuer.

Cela me semble un peu mesquin, estime Jody Wilson-Raybould. Cela n'a aucun sens de me retirer de mon bureau de député. Je ne comprends pas pourquoi ils veulent le faire.

Jody Wilson-Raybould occupe ses bureaux depuis 2018, lorsque l’édifice central du Parlement entamait des rénovations.

Elle ajoute qu'elle n'est pas d'accord avec la description de ses bureaux comme étant prestigieux. Elle affirme plutôt qu’elle a accès à deux bureaux de députés adjacents. Elle dit s'être portée volontaire pour abandonner l'un d'eux pourvu qu'elle puisse rester dans l'autre.

Je n'essaie pas d'empêcher quelqu'un d’avoir un bureau. J'essaie simplement de trouver une solution raisonnable, soutient-elle.

Jody Wilson-Raybould a invité l'aînée algonquine Claudette Commanda à bénir ses bureaux après les élections d'octobre. Elle dit n'avoir reçu aucun avis formel lui annonçant qu’elle devait déménager.

Décorum : priorité au parti au pouvoir

L'administration de la Chambre des communes a refusé d'aborder la question. Heather Bradley, la directrice des communications du président, a plutôt envoyé une déclaration décrivant la politique d'attribution des bureaux.

Il y a un processus établi depuis longtemps d'attribution des bureaux en fonction de la position des partis. Après une élection, l'attribution des bureaux commence par le gouvernement, pour revoir leurs attributions et apporter les modifications nécessaires, écrit-elle dans un courriel.

Le même processus se répète avec l'opposition officielle, puis les troisième, quatrième et cinquième partis.

Une fois que les partis reconnus ont été traités, explique Heather Bradley, les bureaux restants sont offerts aux députés indépendants en fonction de leurs années d'ancienneté à la Chambre des communes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale