•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les retraités du Quotidien entreprennent des recours contre les syndicats

Journaux du quotidien.

Le Groupe Capitales Médias se voit contraint de déclarer faillite, faute de liquidités.

Photo : Lynda Paradis

Denis Lapierre

Les retraités du journal Le Quotidien estiment avoir été les laissés pour compte de la création des coopératives qui doivent permettre de maintenir les journaux du Groupe Capitale Médias. Ils soutiennent que les organisations syndicales ne les ont pas défendus comme elles auraient dû.

Je pense qu'on s'est fait avoir littéralement. On est tous d'accord que c'était planifié. On se sent trahis, martèle un ancien employé des presses, Réjean Bédard.

Ses pensées rejoignent celles de plusieurs retraités qui, comme lui, verront leurs revenus de pension chuter de 30 % avec la liquidation du régime de retraite prévue dans le plan de relance des journaux du Groupe Capitale Médias. La situation laisse à Réjean Bédard un goût amer, lui qui avait suivi les traces de son père au Progrès du Saguenay il y a plus de 40 ans.

Moi, quand j'étais petit, ça parlait du Progrès. Quand j'ai commencé à travailler là, j'étais bien content puis je pratiquais un métier que j'adorais. C'était le fun et j'ai aimé ma carrière. Par contre, ça a fini en queue de poisson.

Réjean Bédard, retraité du Quotidien

Le ressentiment des retraités est principalement orienté vers les syndicats qui ont travaillé à mettre sur pied les coopératives devant relancer les six journaux du groupe.

Les retraités estiment avoir été traités injustement et de façon discriminatoire par le syndicat qui a mis tout son financement, tout son personnel, toutes ses ressources pour les employés qui sont au travail alors qu'il doit aussi défendre les retraités, affirme le porte-parole des retraités du Quotidien, Serge Lemelin.

Il assure que ceux-ci n'ont eu aucun appui d'actuaire, de comptable ou de soutien juridique pour essayer d'empêcher la liquidation du régime de retraite qui laisse certains ex-travailleurs presque dans l'indigence, d'autant plus qu'ils perdent aussi une couverture d'assurance avantageuse au moment de leur vie où ils en ont le plus besoin.

Les requêtes individuelles visant à dénoncer la situation seront remises au juge qui doit décider le 18 décembre s'il entérine ou non les projets de coopératives.

Lorsqu'on demande à Serge Lemelin s'il ne craint pas que ces requêtes fassent échouer le projet vu comme la seule planche de salut pour son ancien journal, il répond : Je pense que les syndicats qui ont initié ça ont bien mal pensé que de croire que les seuls qui auraient à payer ce seraient les retraités.

La Fédération nationale des communications de la CSN, visée par les recours, n'a pas souhaité commenter la démarche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Médias