•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme poursuit la DPJ et son ancienne famille d'accueil pour abus sexuels

Palais de justice de Roberval

Palais de justice de Roberval.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une femme de Saint-Bruno intente une poursuite de près de 1 million de dollars contre son ancienne famille d'accueil et la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) en lien avec des événements qui seraient survenus dans les années 80.

Selon la poursuite déposée en chambre civile de la Cour supérieure, la présumée victime a été placée dans une famille d'accueil de Roberval par la DPJ parce qu'elle subissait des abus sexuels dans sa propre famille. La femme qui l'a accueillie l’aurait aussi abusée entre 1985 et 1988.

Une relation amoureuse se serait même développée et aurait duré près de deux ans alors que la plaignante avait 15 ans. La femme aurait rapidement signifié son envie d'entamer une relation amoureuse avec l'adolescente. La présumée victime serait tombée amoureuse d'elle.

Toujours selon la poursuite, les gestes auraient été posés au vu et au su du mari de la présumée agresseuse. La DPJ aurait elle aussi fermé les yeux après avoir été mise au courant de la relation.

Selon la poursuite, la femme aurait usé de différents stratagèmes pour garder cette liaison secrète. Elle se serait montrée contrôlante et jalouse à l'endroit de la présumée victime et l'aurait isolée.

Cette relation aurait poussé l'adolescente à faire deux tentatives de suicide. C'est sur son lit d'hôpital qu'elle aurait tout dévoilé à la DPJ. Toujours selon la poursuite, la dame aurait admis la liaison, mais la DPJ aurait fermé les yeux, laissant la jeune fille dans cette famille jusqu'à ses 18 ans.

La femme, qui est aujourd’hui dans la cinquantaine, aurait subi un syndrome de stress post-traumatique, fait plusieurs dépressions et gardé des séquelles physiques de ses tentatives de suicide. Ce n'est que récemment qu'elle aurait conclu qu’elle a été victime d'abus sexuels.

D'après les informations de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Procès et poursuites