•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec se défend de raser la forêt Cyriac pour sauver des emplois

Les tiges de bouleau sont empilées sur la gauche de la route alors que le résineux est placé à l'écart du côté droit.

Lignarex récolte du sapin, de l'épinette, du bouleau blanc, mais elle ne peut pas récolter le bouleau jaune qui est protégé.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Gilles Munger

Le gouvernement du Québec se défend d'utiliser la tordeuse des bourgeons de l'épinette comme prétexte pour raser une future aire protégée au sud du lac Kénogami.

En réponse aux accusations lancées plus tôt cette semaine par les opposants à la coupe forestière, le ministère des Forêts admet que tous les arbres disponibles en forêt publique au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont déjà attribués à des scieries de la région. Mais, il se défend d'utiliser la tordeuse des bourgeons de l'épinette comme prétexte pour raser la forêt Cyriac et sauver des emplois avant la création d'une aire protégée.

Dans les peuplements visés par le plan spécial, 90 % des sapins et des épinettes blanches sont affectés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Le taux de mortalité de ces mêmes arbres, on l'évalue entre 8 % et 10 %, donc on est déjà en situation de mortalité.

Catherine Thibeault, conseillère en communication au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
Une bonne partie du territoire a subit des dommages sévères ou modérés.

La zone en rouge et en jaune indique l'impact cumulatif de la tordeuse des bourgeons de l'épinette au sud du lac Kénogami.

Photo : ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

La porte-parole Catherine Thibeault explique que les taux de mortalités risquent d'augmenter rapidement. Le territoire est occupé au trois quarts par du résineux, principalement du sapin et de l'épinette blanche fragiles à la tordeuse.

Elle ajoute qu'il n'y aura aucune coupe dans les secteurs composés principalement de feuillus. Seul les territoires où le résineux est majoritaire seront récoltés. Le Ministère dit aussi avoir discuté avec les villégiateurs pour protéger des corridors visuels, le bouleau jaune et les érablières. Les vieux bouleaux jaunes feront l'objet d'une attention toute particulière avec une zone de protection de 60 mètres.

Une portion de la vue aérienne permet de constater que le feuillu et le résineux se concentrent dans des zones distinctes.

Le ministère des Forêts concentrera la coupe de bois dans les zones à forte densité de résineux, celles qui sont orangées. Il y récoltera toutes les essences sauf les bouleaux jaunes et les érables.

Photo : ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Des « irrégularités » sur le territoire

Le Ministère confirme que Lignarex a coupé du bois trop près de la rivière Cyriac en plus d'avoir rasé la bande riveraine le long d'un ruisseau qui serait peut être permanent, ce qui restera à confirmer l'été prochain. À la suite de la remise des avis d'irrégularité, l'entreprise a déjà pris des actions correctives, précise Catherine Thibeault.

Quand à la possibilité que l'entreprise gaspille du bois en laissant des tiges trop grosses et des souches trop longues, le ministère des Forêts n'a constaté aucune entorse aux règlements lors des visites qui ont lieu chaque semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !