•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après plus de 50 ans, ils découvrent qu'ils ont été échangés à la naissance

Craig Avery (gauche) et Clarence Hynes (droite).

Photo : CBC

Radio-Canada

Quelques jours après leur 57e anniversaire, deux hommes s’apprêtent à fêter Noël avec leur famille biologique respective, pour la première fois.

Clarence Hynes et Craig Avery sont tous les deux nés au même endroit, à l’ancien Hôpital Walwyn de la petite ville de Come By Chance, à Terre-Neuve-et-Labrador, le 8 décembre 1962.

Les nouveau-nés ont ensuite été remis aux mauvaises familles.

Le petit Craig est parti vivre à Hillview avec les parents de Clarence.

Le petit Clarence est rentré avec les parents de Craig au village de St. Bernard's.

Ils viennent de découvrir la vérité sur leurs origines et ne savent pas pourquoi il en est ainsi.

Montage photo de deux hommes, chacun accompagné d'une femme âgée qu'il croyait être leur mère biologique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À gauche, Clarence Hynes et Rita Hynes, la femme qui l’a élevé. À droite, Craig Avery et la femme qui l’a élevé, Mildred Avery. Les deux hommes n’ont pas connu leur mère biologique, qui a élevé sans le savoir l’autre garçon.

Photo : Courtoisie

En grandissant, Clarence et Craig ne se sont pas doutés de grand-chose, même si des traits physiques entre eux et leurs frères n’étaient pas exactement les mêmes.

Leur enfance a été heureuse, et leurs familles quelque peu similaires : toutes deux rurales et nombreuses. Craig Avery a grandi avec six autres garçons et une fille; Clarence, avec trois filles et trois garçons.

Un anniversaire qui change tout

Un demi-siècle plus tard, en 2014, Clarence Hynes et Craig Avery gagnent tous deux leur vie à Bull Arm, sur le projet pétrolier Hebron. Ils ne travaillaient pas exactement ensemble, mais ils partageaient certains lieux de travail et leurs chemins se sont probablement croisés à plusieurs reprises.

Une femme vêtue d'une veste orange et coiffée d'un casque de construction.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À son premier jour de travail, Tracey Avery a été stupéfiée de voir qu'un collègue ressemblait beaucoup à son beau-frère.

Photo : Courtoisie

Un jour, Tracey Avery, l’épouse de Craig, est engagée à son tour.

Craig Avery relate un incident, au premier jour de travail de Tracey : Elle est venue me voir et m’a dit : “Sais-tu qu’il y a un type ici qui ressemble à un de tes frères?"

Il y a quelques amis qui sont aussi venus me voir pour me dire qu’il y avait un gars qui ressemblait à mon frère, se souvient Clarence Hynes. Mais avec son casque et ses lunettes protectrices, Craig Avery n’avait pas l’air de son sosie, à son avis. Il y a toujours quelqu’un qui ressemble à quelqu’un d’autre, remarque-t-il.

Les événements se précipitent lorsque des collègues organisent pour Craig Avery une petite surprise pour son anniversaire, le 8 décembre. Clarence Hynes fait remarquer à Tracey Avery qu’il a la même date d’anniversaire que le mari de celle-ci.

Je lui demande : “Où es-tu né?” et il me répond “À Come By Chance”. Tout de suite, j’ai pensé : “Quelque chose n’est pas normal”, raconte Tracey.

À partir de là, l’idée ne quitte plus Craig Avery. Après avoir lu un article sur deux hommes au Manitoba qui avaient été échangés à la naissance, il va voir son médecin et demande s’il est possible de faire comparer son ADN.

Un test démontre que l’ADN de Craig Avery correspond parfaitement à celui d’un des frères de Clarence Hynes.

Je n’ai pas voulu le croire à l’époque et ça m’a pris une couple d’années pour faire quelque chose à mon tour, confie M. Hynes. Finalement, il demande que son ADN soit comparé à celui de l’un des hommes de la famille dans laquelle Craig a grandi.

Mon ADN correspondait à 100 % avec celui de son frère, dit Clarence Hynes.

Montage photo de Clarence Hynes et Clifford Avery.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des tests d'ADN ont démontré que Clarence Hynes (gauche) était le frère biologique de Clifford Avery (droite), qui a grandi avec Craig Avery.

Photo : Courtoisie

Aucun des deux ne pouvait à présent nier que sa famille biologique n’était pas celle qu’il pensait.

Clarence Hynes explique avoir traversé une période de profonde dépression.

Ça change une vie, relate de son côté Craig Avery. Tu grandis dans une famille pendant 56 ans et soudainement tu apprends que tu ne fais pas partie de la famille [...] C’est beaucoup de nuits blanches.

M. Avery dit avoir eu une enfance merveilleuse et qu’il ne la changerait pour rien au monde. Mais il est néanmoins blessé.

Ce qui fait très mal est de savoir que nos parents ont quitté ce monde sans avoir eu la moindre idée. Ils ne sauront jamais, et nous n’avons jamais eu la chance de rencontrer nos vrais parents et grands-parents, explique-t-il.

Tu as le coeur brisé, tout le temps. Chaque jour, poursuit-il. Quand je me lève, c’est la première chose que j’ai en tête. Quand je me couche, c’est ma dernière pensée avant de m’endormir.

Montage photo de Craig Avery et Chesley Hynes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des tests d'ADN ont prouvé que Chesley Hynes (droite), aujourd'hui décédé, est le père biologique de Craig Avery (gauche).

Photo : Courtoisie

Et quelques fois, ces idées prennent une tournure plus sombre.

Est-ce que c’était intentionnel? Est-ce que c’était un accident? Il y a des millions de questions pour lesquelles il n’y aura jamais de réponse. Est-ce qu’il y a d’autres gens comme nous? Combien sommes-nous?, demande Craig Avery.

Ils ne sont pas les seuls. En plus d'un cas récent au Manitoba, les Néo-Brunswickois Rocky Ouellette et Mario Desjardins ont aussi été échangés à la naissance en 1959.

Clarence Hynes souligne que des membres de leurs deux familles ont aussi été très affectés par cette découverte.

Je ne voulais pas vraiment aller voir ma famille et leur dire que je n’étais pas leur frère. Mes soeurs ont eu du mal avec ça. J’ai l’impression qu’elles ont senti qu’elles me perdaient, mais elles ne m’ont pas perdu. J’ai juste gagné une famille de plus, dit M. Hynes.

Les deux hommes sont aussi fâchés, car ils croient que le réseau hospitalier qui devait prendre soin d’eux dans leurs premières heures sur terre les a laissé tomber.

Ils accusent la Régie de la santé de l’Est de Terre-Neuve d’avoir été négligente et d’avoir failli à ses responsabilités d’identifier correctement les deux bébés, et de reconnaître quels étaient leurs parents biologiques respectifs.

S’ils conviennent que rien ne pourra réellement réparer ce qui a pu se passer en décembre 1962, ils s’entendent pour dire que des institutions doivent être tenues responsables pour éviter que d’autres familles ne se retrouvent dans la même situation.

Craig Avery et Clarence Hynes assis côte à côte pour une entrevue.

Craig Avery (gauche) et Clarence Hynes (droite) poursuivent la Régie de la santé de l'Est.

Photo : CBC / Bruce Tilley

Les allégations des deux hommes n’ont pas été prouvées devant un tribunal. La Régie de la santé de l’Est a confirmé, dans un courriel, qu’une requête en justice avait été déposée, alléguant que deux enfants avaient été remis par erreur à des familles qui n’étaient pas leur famille biologique à l’ancien hôpital de Come By Chance en 1962.

La Régie de la santé de l’Est sympathise avec les personnes et les familles concernées, lit-on dans cette déclaration. Nous examinons en ce moment la requête en justice qui est devant les tribunaux.

Tracey Avery ressent un certain malaise de constater que la vie de tant de gens a été affectée par les récentes révélations. Parfois, je me demande si j’ai bien fait de dire quelque chose, ou si j’aurais dû garder ça pour moi, confie-t-elle.

Elle a demandé à son mari et à Clarence Hynes s’ils auraient aimé qu’elle taise ses soupçons. Les deux lui ont répondu par la négative. Malgré tous ces bouleversements, ils préfèrent connaître la vérité.

Cette année, Craig Avery et Clarence Hynes célébreront leur premier Noël dans leur famille « retrouvée ».

D’après le reportage de Mark Quinn, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Famille