•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité sur l'autoroute 50 : Québec maintient le cap du printemps

Le ministre Mathieu Lacombe lors d'un point de presse.

On ne peut pas aller plus vite que la musique, soutient le ministre Mathieu Lacombe.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À la suite d'une nouvelle collision mortelle sur l'autoroute 50, jeudi matin, le ministre responsable de l'Outaouais a réitéré la volonté de son gouvernement de sécuriser cette artère routière de la région. Les glissières à câbles qui seront installées au printemps demeurent la meilleure solution à court terme, selon Mathieu Lacombe.

C'est toujours bouleversant. On ne veut pas que ça arrive, on est pris avec ce problème-là, déplore M. Lacombe en réaction à la mort d'un jeune homme de 22 ans près du kilomètre 215 de l'autoroute 50, à Notre-Dame-de-Bonsecours.

C'est déplorable de voir semaine après semaine encore des accidents sur l'autoroute 50, ajoute le maire de Thurso, Benoît Lauzon.

Le maire de Thurso, Benoît Lauzon.

Le maire de Thurso, Benoît Lauzon, en entrevue à Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada

Cette collision frontale — dont la cause demeure inconnue pour l'instant — est survenue moins d'une semaine après qu'un dérapage eut causé une collision entre trois voitures sur la même autoroute, près de Grenville-sur-la-Rouge, vendredi dernier.

Malgré tout, il ne semble pas y avoir de solution immédiate sur la table pour éviter d'autres cas semblables. La prudence sera donc le meilleur allié des automobilistes de l'Outaouais cet hiver, en attendant l'installation des glissières dans quelques mois.

Dans ce secteur, aussitôt que la neige va fondre, on a déjà mis sur pied notre solution qui est innovante. Ça va régler le plus gros du problème, mais ensuite, c'est sûr qu'il va falloir élargir l'autoroute 50, reconnaît M. Lacombe, qui est également député de Papineau.

Le maire de Notre-Dame-de-Bonsecours, Carol Fortier, attend impatiemment l'installation des glissières à câbles, dont l’efficacité avait été remise en question à la suite d'une enquête de Radio-Canada, mais insiste sur le fait qu'elles doivent seulement servir de baume temporaire.

Ça m'encourage un peu, mais il faut que ce soit à quatre voies. Il faut que le ministère se penche là-dessus pour trouver des solutions à long terme, explique M. Fortier.

Au moins, on va essayer des choses.

Carol Fortier, maire de Notre-Dame-de-Bonsecours

M. Lauzon rappelle pour sa part que le projet pilote sur la table ne touchera qu'un seul tronçon d'environ 5 kilomètres de l'autoroute controversée. Il espère que d'autres annonces suivront sous peu.

Il faut qu'ils analysent l'ensemble de l'autoroute 50, de Gatineau jusqu'à Mirabel, pour s'assurer qu'elle soit sécurisée, conclut le maire de Thurso.

Avec les informations de Gilles Taillon, Josée Guérin et Jérôme Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Réseau routier