•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rio Tinto défriche dans le boisé Panoramique

Des arbres coupés dans une forêt.

Rio Tinto a amorcé les travaux de déboisement au Panoramique afin d'agrandir son site d'entreposage de bauxite.

Photo : Photo tirée de Facebook

Radio-Canada

Rio Tinto a amorcé les travaux de défrichement dans le boisé Panoramique afin d'agrandir son site d'entreposage de résidus de bauxite.

Les coupes ne font pas l’affaire des amateurs de vélo de montagne du club Le Panoramique, qui estiment qu’une partie des sentiers est défigurée.

Des photos prises par un cycliste dans l'un des sentiers montrent des arbres abattus pour paver la voie à de la machinerie.

Le 4 novembre dernier, Rio Tinto a effectivement mis en branle des travaux de préparation pour étudier la capacité du sol dans le secteur, le tout dans l’optique d'agrandir le site d'entreposage de boues rouges de l'usine Vaudreuil d’Arvida. Vaudreuil produit de l’alumine, utilisée pour la fabrication d’aluminium.

Le Comité de citoyens pour un Vaudreuil durable (CCVD) craint les impacts du projet.

Ce qu’ils font là, ce n’est presque rien par rapport à ce qui va se faire. On va détruire 50 000 arbres et c’est une superficie de 100 hectares qui va être complètement rasée pour y accumuler un million de tonnes par année, supposément à partir de 2027.

Christian Lemieux, Comité des citoyens pour un Vaudreuil durable

Le CCVD pense que le pire est à venir.

Ce qui a été fait, c’est juste égratigner. Le vrai dommage urbanistique et environnemental, on va le voir quand tout le site et les clôtures vont être en place. Vous allez avoir une montagne qui va avoir des dizaines de mètres de hauteur juste derrière, poursuit Christian Lemieux.

RT tente de limiter les impacts

Rio Tinto, qui est propriétaire des terrains du boisé Panoramique, rappelle que ces travaux préliminaires visent à prendre des échantillons de sol et à s’assurer que les lieux peuvent accueillir le projet. L'entreprise affirme qu’elle souhaite limiter au maximum les impacts sur la végétation.

Il y a eu plusieurs rondes de consultation avec le milieu. On est encore à des étapes très préliminaires, je ne voudrais donc pas spéculer sur ce qui pourrait se passer par la suite. On essaie le plus possible de travailler en collaboration avec le milieu pour réduire les inconvénients avec les utilisateurs. On a essayé de limiter les coupes d’arbres au minimum. On a aussi amené une déchiqueteuse sur place pour laisser les copeaux se décomposer au sol, explique le porte-parole de Rio Tinto, Simon Letendre.

L’objectif est de faire en sorte que l’usine de Vaudreuil, qui arriverait normalement à la fin de sa vie utile en 2022, puisse disposer des résidus jusqu’en 2047.

Le projet d’agrandissement du site de boues rouges serait développé par étape. Rio Tinto rappelle qu’elle s’est engagée à respecter une zone tampon de 500 mètres autour d’un éventuel site.

En 2018, le géant minier a confirmé un investissement de 250 millions de dollars à l’usine Vaudreuil pour prolonger ses activités d’au moins 10 ans.

Avec les informations de Flavie Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Économie