•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vallée-de-l'Or s'oppose au Centre d'acquisitions gouvernementales

Martin Ferron parle à un micro de journaliste.

Martin Ferron, maire de Malartic et nouveau préfet de la MRC de la Vallée-de-l'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Marc-André Landry

Les élus de la MRC Vallée-de-l'Or croient que le projet de loi 37 sur la création d'un Centre d'acquisitions gouvernementales aura des effets négatifs dans la région.

La MRC joint ainsi sa voix à celle de la Ville de Rouyn-Noranda et des Chambres de commerce de la région, entre autres, qui ont récemment adopté des résolutions demandant à Québec de faire marche arrière.

Selon le préfet, Martin Ferron, le mécontentement est grand dans le milieu pour ce projet, qui vise à centraliser les achats effectués par le gouvernement.

Ça dévitalise les milieux, lance-t-il. Ça va créer des fermetures d'entreprises. Si tout est centralisé à Québec, ce sont de grands fournisseurs qui ne sont peut-être pas installés ici qui appliquent sur ces contrats-là. Ce qui va faire que nos papeteries, nos commerces d'équipements de fournitures diverses vont perdre un chiffre d'affaires qui est peut-être la marge de profit dans une année qui va faire que leurs entreprises soient viables. On va arriver un beau matin pour s'approvisionner, vous et moi, et nos magasins vont être fermés.

La MRC de la Vallée-de-l'Or comprend mal la stratégie de Québec, qui pourrait mettre un frein au développement local et régional.

«Ce n'est pas une économie réelle parce qu'on va perdre d'un autre côté des emplois, des taxes, des revenus autres. Au bout de la ligne, ce n'est pas un bon projet de loi pour nous autres», ajoute le préfet de la MRCVO.

Le projet de loi 37 est présentement à l'étude en commission parlementaire à l'Assemblée nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique régionale