•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 25 ans : les balbutiements de l’information en continu en français avec RDI

    La chaîne RDI a pris l'antenne le 1er janvier 1995, à 9 h.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 1er janvier 1995, RDI entre en ondes sur la télévision câblée canadienne. Nos archives témoignent de la fébrilité et de la fierté qui animent les artisans de Radio-Canada alors qu’ils entament ce moment historique.

    « À compter du 1er janvier 1995, les abonnés du câble pourront profiter de la première chaîne française d’information continue en Amérique. Son nom : RDI. »

    C’est ainsi que cette vidéo promotionnelle présente le Réseau de l’information (RDI) quelques semaines avant son arrivée au petit écran.

    RDI est la première chaîne spécialisée de Radio-Canada. Elle se donne comme mission d’être au cœur des événements, en direct, dans toutes les régions du pays et à toute heure du jour et de la nuit.

    Montréal ce soir, 12 décembre 1994

    À 19 jours de l’entrée en ondes de RDI, le journaliste Gilles Sirois en visite les studios fraîchement aménagés et prend le pouls de l’équipe de production pour le bulletin de nouvelles Montréal ce soir.

    « On a un gros défi à relever, les gens attendent beaucoup de RDI », affirme le journaliste-présentateur Claude Desbiens. « On a vécu CNN, on a vécu Newsworld, c’était le temps que les francophones aient le droit partout au pays à leur chaîne d’information ».

    Le Réseau de l’information propose une programmation composée à 90 % d’émissions canadiennes.

    Des bulletins de nouvelles actualisés sont offerts toutes les heures, en plus de manchettes à la demie de chaque heure.

    Viennent compléter la grille horaire des analyses de l’actualité, des forums, des débats, des tribunes téléphoniques et d'autres magazines spécialisés.

    D’une cinquantaine d’émissions spéciales présentées sur les ondes de la télévision de Radio-Canada, RDI compte passer à plus d’une centaine dans sa première année de diffusion.

    Le Jour 1 de RDI

    Ouverture de RDI, 1er janvier 1995

    Le 1er janvier 1995, à 9 h, c’est la journaliste Geneviève Asselin qui présente le tout premier bulletin de nouvelles sur la chaîne RDI.

    Après s’être entretenue avec la correspondante Céline Galipeau sur l’intervention militaire russe en Tchétchénie, la journaliste-présentatrice rebondit sur une nouvelle de dernière heure.

    On vient tout juste d’apprendre que le palais présidentiel de Groznyï est tombé aux mains des troupes russes. Elles ont pris le contrôle du palais. On ne sait pas encore par contre ce qu’il advient du président tchétchène Djokhar Doudaev, mais on va suivre ça pour vous.

    La journaliste-présentatrice Geneviève Asselin

    C’est le début d’un nouveau rythme en information où la nouvelle se déploie sous les yeux des téléspectateurs.

    Ouverture de RDI, 1er janvier 1995

    Les trois lettres que vous voyez au bas de votre écran signifient que vous êtes maintenant à RDI, le nouveau réseau de l’information. C’est notre nom, mais c’est aussi notre raison d’être : vous informer.

    L'animatrice Pascale Nadeau

    Après le bulletin de nouvelles de Geneviève Asselin, l’animatrice Pascale Nadeau propose une émission spéciale qui offre un tour d’horizon de la programmation de la nouvelle chaîne.

    En introduction, l’animatrice présente quelques-uns des journalistes qui participeront aux débuts de RDI : Philippe Schnobb, Michaëlle Jean, Christine Fournier, Claude Desbiens, Carole Lewis, Nathalie Chung.

    25 ans plus tard, en plus de ces visages bien connus, plusieurs journalistes chevronnés se sont joints à l’équipe de RDI.

    Les chaînes d'information continue se sont également multipliées et ont profondément changé notre façon de consommer de l’information, et plus seulement sur les écrans de télévision.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Société