•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausses de taxes majeures à Château-Richer

Municipalité de Château-Richer

Municipalité de Château-Richer

Photo : Radio-Canada / Jean-François Nadeau

Les citoyens et commerçants de Château-Richer vont subir des hausses de taxes importantes. La hausse, pour une résidence évaluée à 250 000 $, sera de 10,25 %. Ce taux comprend aussi les taxes d'aqueduc et d'égouts.

Le maire de Château-Richer affirme que les hausses sont nécessaires pour équilibrer le budget. Jean Robitaille souligne que la municipalité doit rembourser 6 millions de dollars, de l'argent qui a notamment servi à financer la réfection de la rue du Couvent et l'achat de 3 camions.

Le contrat de déneigement passera aussi de 90 000 $ cette année à 204 000 $ en 2020.

Dettes du passé

Les finances de Château-Richer ont été mises à mal par l'ancienne administration, selon le maire.

C'est une hausse de taxes importante qui reflète les dépenses qu'on a depuis quelques années à Château-Richer. C'est une mauvaise nouvelle. Ça fait trois ans qu'on monte les taxes pour des décisions qui ont été prises avant nous, explique Jean Robitaille.

L'administration municipale doit verser en 2020 la somme de 619 040 $ pour rembourser le capital sur les emprunts. Le maire cite entre autres l'exemple de la construction du chalet des loisirs.

On nous a laissé un bâtiment neuf, sans accès pour les personnes handicapées. On n'avait l'obligation d'agir et on a intégré les coûts au projet piscine, raconte Jean Robitaille.

Le projet de construction de la piscine municipale a coûté 1 200 000 $, dont un peu plus d'un million ont été financés par des subventions.

La saga du congédiement et de la réintégration du directeur général a contribué, en 2017, à faire fondre les surplus accumulés de Château-Richer.

On n'a pratiquement pas de fonds de roulement. On se compare très mal aux autres villes à ce niveau-là. La cause du directeur général de la Ville a coûté 730 000 $ et il n'y a jamais eu de règlement d'emprunt pour payer ça. Nos liquidités y ont passé, mentionne Jean Robitaille.

Parmi les moins taxés

Malgré la hausse de taxes, le fardeau fiscal par loyer à Château-Richer demeure un des plus bas de la région de Québec. Il est en moyenne à 1747 $, alors que la moyenne à Québec s'élève à 2200 $ et à 2024 $ à Beaupré.

Le maire croit être en mesure de limiter la hausse de taxes l'an prochain à Château-Richer.

Je ne vois pas de grandes difficultés l'année prochaine, affirme Jean Robitaille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !