•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déménagement de l'Écosite d'Amqui est un nouveau fardeau financier pour la MRC

Des électroménagers à l'écocentre.

L'écocentre récupère des matières comme les électroménagers, les matériaux de construction, les matelas, les sièges d'auto d'enfants et les résidus domestiques dangereux. (archives)

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Joane Bérubé

Les maires de la MRC de la Matapédia ont lancé mercredi soir le processus qui mènera au déménagement de l’Écosite de la Matapédia, situé à Amqui.

Plusieurs maires se sont montrés réticents à engager un premier règlement d’emprunt de 270 000 $ pour l’achat d’un terrain, le paiement de certaines études, la réalisation des plans et devis ainsi que des honoraires professionnels.

L’écocentre est devenu désuet et l’espace manque. Au cours des dernières années, les plaintes des résidents du quartier se sont multipliées. Les problèmes de sécurité s'accumulent. Le déménagement est devenu incontournable. La MRC travaille au projet depuis déjà quelques années.

Mais voilà que, selon les estimations préliminaires présentées aux élus, la construction du nouvel écocentre pourrait coûter jusqu’à 2,4 millions de dollars.

Avant d’adopter le premier règlement d'emprunt et d'autoriser les premières dépenses, des maires auraient donc souhaité en savoir plus sur la facture que devra payer chaque municipalité.

D’autant plus qu’il n’existe aucune aide gouvernementale qui permettrait d’alléger la facture, ce qui ajoute aux craintes des élus. Ça veut dire qu’on va dépenser 270 000 $ sans savoir si on va avoir des subventions, sans savoir si on a le moyen de se le payer , a souligné le maire de Lac-au-Saumon, Gérard Grenier.

La préfète de la MRC, Chantale Lavoie, dit comprendre les inquiétudes des maires, mais l’achat du terrain et surtout les études à venir, s’avèrent essentiels, selon elle, pour estimer les coûts à venir. Quand on a le terrain et qu’on peut travailler les choses, ça change un peu les plans, ça change un peu les choses affirme-t-elle.

Des gens autour d'une table de réunion.

Réunion des maires de la MRC de la Matapédia

Photo : Radio-Canada

Le directeur de la MRC, Mario Lavoie, a rappelé aux maires que l’importance des investissements à venir et l’absence de subvention pour le projet étaient des faits connus depuis le tout début du projet, il y a quelques années. Si vous arrêtez, on ferme le dossier pour un bout. On a accepté, par résolution, une promesse d’achat il y a deux semaines. Ça fait longtemps qu’on se met les doigts dans l’engrenage. Si on se vire de bord, on ne le fera pas le projet averti M. Lavoie.

Une dépense inévitable

Selon Mme Lavoie, malgré l’envergure de la dépense, la MRC n’a pas le choix d’aller de l’avant. Si on ne le fait pas, il y a une dépense associée à ça aussi, relève la préfète qui estime que la remise en état de l’actuel écocentre pourrait être aussi onéreuse que le déménagement.

Membre du comité sur la gestion des matières résiduelles de la MRC, le maire de Saint-Vianney, Georges Guénard, a notamment rappelé que les terrains où il est possible d’implanter un site du genre se font rares. La Municipalité cherche un tel site depuis déjà deux ans.

Pour le maire de Saint-Alexandre-des-Lacs, Nelson Pilote, aussi membre du comité, les craintes de ses homologues sont compréhensibles. Les coûts ont doublé depuis les premières évaluations. Par contre, a-t-il fait valoir, le projet pourra être supervisé étroitement pour en réduire les coûts. Si ça devient trop coûteux, il faudra en couper des bouts. Il faut regarder notre capacité de payer. On ne peut pas arriver avec un projet avec des rampes en or. Il faut être raisonnable dans tout ça, mais l’écosite est dû. On n’a pas le choix de le changer de place.

Le maire de Saint-Alexandre a ajouté que tous payaient des quotes-parts pour faire du ski, mais que ce n’était pas tous les citoyens qui pratiquaient ce sport. Mais ce sont tous les citoyens qui ont besoin d’un écocentre, a-t-il conclu.

Ces propos ont été appuyés par le maire de Sayabec, Marcel Belzile. Je présume qu’on va être assez brillants, tout le monde, pour optimiser et rationaliser notre investissement pour [ne] pas que ça nous coûte trop cher.

Le maire de Causapscal, André Fournier, a par ailleurs demandé que l'on considère, dans le partage éventuel de la facture, les montants que sa municipalité a engagés pour le déménagement de son écosite. La facture avait à l’époque été entièrement payée par la Municipalité de Causapscal.

L’achat du terrain est conditionnel à l’obtention des permis gouvernementaux et à l’approbation des modifications au règlement de zonage.

Le nouvel écosite devrait être situé dans le parc industriel, en bordure de la rue des Forges à Amqui.

La MRC souhaiterait être en mesure de déménager en septembre 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Affaires municipales