•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour en service du F.-A.-Gauthier prévu pour le 20 décembre

Mais une navette aérienne sera tout de même mise en place pendant la période des Fêtes.

Le traversier F.-A.-Gauthier, au quai de Matane

Le F.-A.-Gauthier a effectué des essais en mer il y a deux semaines. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le PDG de la Société des traversiers du Québec, Stéphane Lafaut, annonce le retour en service du F.-A.-Gauthier pour le 20 décembre, « si tout va comme prévu ».

Entre temps, le navire reviendra à Matane demain, le vendredi 13 décembre. Jusqu'à ce que les passagers puissent remonter à bord du traversier, le personnel effectuera les derniers ajustements et se familiarisera de nouveau avec les commandes.

Le PDG de la Société des traversiers, Stéphane Lafaut

Le PDG de la Société des traversiers, Stéphane Lafaut

Photo : Société des traversiers

Un service de navette aérienne sera tout de même mis à la disposition des usagers du 21 décembre au 6 janvier.

Selon Stéphane Lafaut, le protocole de remise en service est des plus rigoureux. Nous devons avoir la certitude que tout a été fait avec la plus grande rigueur, a-t-il indiqué. Toutes nos équipes travaillent d’arrache-pied pour que le navire entre en service avant les Fêtes.

Le F.-A.-Gauthier est hors service depuis la mi-décembre 2018.

Différentes interventions pour la mise à niveau du navire

Selon le PDG, de nombreux travaux ont été réalisés depuis l'arrêt complet du traversier. La première cale sèche, de janvier à avril, a presque entièrement été dévolue au démontage et à l’analyse des propulseurs. Plusieurs autres interventions ont aussi été effectuées.

Des travaux prévus lors de la cale sèche de 2018 ont été réalisés et celle de 2020 a été anticipée pour éviter une autre rupture de service à court terme.

Une hélice sous un bateau.

Le système de propulsion du F.-A.-Gauthier est l’un des défauts de conception.

Photo : Radio-Canada

Un arrêt technique est tout de même prévu en 2020. Le Saaremaa reviendra alors en renfort.

Le PDG a assuré que les problèmes au système de refroidissement sont réglés. Un système entièrement indépendant a été ajouté et sera utilisé en hiver puisque celui d’origine était inefficace en saison froide.

Par ailleurs, la STQ a déployé des mesures pour venir à bout des moisissures apparues en 2015 sur les ponts inférieurs du navire. Nous croyons être parvenus à avoir réglé définitivement le problème, mentionne M. Lafaut. Un nettoyage complet a été effectué l’été dernier.

La STQ a d’ailleurs demandé au CISSS du Bas-Saint-Laurent de valider ces mesures pour assurer la qualité de l’air. Des recommandations ont été émises et suivies par la STQ.

Moisissure sur les murs de la cale du F.-A. Gauthier.

Moisissure sur les murs de la cale du F.-A. Gauthier.

Photo : Courtoisie

La porte d’étrave (la porte avant qui se soulève pour permettre le passage des véhicules), qui posait problème depuis le début, a aussi été réparée. Les tuyaux hydrauliques qui permettent à la porte de s’ouvrir ont notamment été remplacés. La STQ considère toutefois que le mécanisme de fermeture doit être revu, pour en assurer la performance à long terme. Un contrat a été récemment octroyé à une firme privée.

Après un arrêt prolongé comme celui que vient de connaître le F-A-Gauthier, des travaux sont nécessaires pour remettre en fonction le système d’alimentation au gaz naturel liquéfié, ce qui oblige la STQ à utiliser le diésel pour une période de transition.

Long processus pour les propulseurs

En ce qui concerne les propulseurs sur lesquels des vibrations anormales avaient été perçues en décembre 2018 , Stéphane Lafaut rappelle que des observations, en présence du fabricant, avaient permis de déceler des débris métalliques dans le système de lubrification. Pour ce qui est de leur provenance, nous ne pouvons aborder ce sujet pour raison de recours légaux éventuels, précise-t-il.

Une fois les propulseurs démontés, ajoute-t-il, on constatait des signes de dégradation interne avancée, touchant plusieurs composantes. Plusieurs tests ont aussi été effectués dans des laboratoires indépendants. Ils ont révélé une dégradation telle que la STQ a finalement remplacé toutes les composantes internes.

Un système permettant la surveillance de l’état interne des propulseurs a été installé. Il permettra de détecter des problèmes éventuels et d’intervenir rapidement.

Prudence face aux recours juridiques

Par ailleurs, la STQ dit vouloir rester prudente quant à l’aspect juridique de l’ensemble du dossier. La STQ se doit de bien évaluer les opportunités et les risques avant de se lancer dans des procédures légales qui pourraient s’avérer longues, complexes et coûteuses, indique Stéphane Lafaut.

Des passagers prennent l'autobus à partir de la gare fluviale de Matane pour se rendre à l'aéroport de Mont-Joli.

Des passagers, habitués de monter à bord du traversier, ont parfois dû prendre l'autobus à partir de la gare fluviale de Matane pour prendre un avion à l'aéroport de Mont-Joli dans les derniers mois, lorsqu'une navette aérienne a été mise en place en lieu et place du service de traversier. (archives)

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

Nous voulons analyser la situation dans son ensemble afin de prendre une décision éclairée et soutenue par des faits. Le cas échéant , nous prendrons les moyens nécessaires pour que les Québécois récupèrent les sommes engagées.

Les frais de réparation des propulseurs sont couverts par les assurances. La STQ a déjà touché 5 millions de dollars et d’autres montants doivent s’ajouter.

Selon le président, le bilan financier direct lié au retrait du service est estimé à 21,6 millions de dollars. Il précise que les autres coûts liés à la maintenance du navire, aux améliorations et le coûts d'achat du Saaremaa ont été soustraits de cette somme.

Par ailleurs, le président mentionne que l'hypothèse selon laquelle un courant parasite pourrait expliquer le bris simultané des deux propulseurs du F.-A.-Gauthier n'a pas été évoquée dans les études effectuées. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !