•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Front commun pour défendre les travailleurs de l’aluminium

Les quatre hommes s'adressent aux médias à Ottawa.

Les trois députés fédéraux du Saguenay-Lac-Saint-Jean entourent le représentant des travailleurs d'Alma, Sylvain Maltais.

Photo : Radio-Canada

La grogne qui fait rage au Saguenay-Lac-Saint-Jean concernant l'Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) s’est transportée à Ottawa jeudi.

Tous les députés fédéraux du Saguenay-Lac-Saint-Jean et les représentants syndicaux des employés de l’aluminium ont uni leurs voix pour dénoncer le résultat des négociations, craignant les conséquences pour les travailleurs.

Ils estiment que l'ACEUM n'offre pas suffisamment de protection pour l'aluminium, comme il le fait pour l'acier. Ils craignent que l'aluminium des pays étrangers entre par le Mexique avant d'être exporté aux États-Unis.

Si 90 % de l’aluminium était fondu en Ontario, est-ce qu’on serait devant le même résultat aujourd’hui?

Mario Simard, député du Bloc québécois dans Jonquière

Le président du Syndicat de l’aluminium d’Alma, Sylvain Maltais, demande aux élus de trouver rapidement une solution pour éviter les conséquences à moyen et long terme.

Il faut que l’entente soit revue, que le gouvernement mette son pied à terre, vienne nous donner un coup de main et nous protège.

Sylvain Maltais, président, Syndicat de l'aluminium d'Alma

Le député conservateur Richard Martel a même évoqué la possibilité de voter contre l’accord à la Chambre des communes, en prenant soin de ne pas engager son parti.

Les élus et les syndicats promettent de poursuivre la mobilisation pour mieux protéger l'industrie québécoise de l'aluminium.

Mardi, la vice-première ministre canadienne Chrystia Freeland a assuré que les dispositions touchant l’aluminium n’avaient pas changé dans le nouvel accord. Mme Freeland a rappelé que le Canada est le seul pays producteur d'aluminium à ne pas être sujet à des tarifs américains à l'importation. Elle a souligné que les négociations avaient permis d’enchâsser la nécessité que 70 % des métaux contenus dans les voitures nord-américaines, notamment l'aluminium, proviennent de l'Amérique du Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !