•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles recrues créent leur déguisement pour le défilé des mummers

Deux personnes portent des masques de mummers.

Trish Simmons et sa petite-fille, Sofia, ont fabriqué des masques pour le défilé des mummers ce week-end à Saint-Jean, T.-N.-L.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Patrick Butler

Une nouvelle génération de recrues se lance dans une tradition terre-neuvienne qui date de plusieurs siècles : le mummering.

Équipés d’une taie d’oreiller, de colle, de crayons et de feutres, les jeunes s’attaquent à la création des masques pour le défilé des mummers, un événement multicolore - et farfelu - qui aura lieu dans les rues de Saint-Jean samedi.

Durant le temps des Fêtes, les Terre-Neuviens se déguisent et visitent les maisons de leur village. Depuis 2009, un défilé annuel des mummers est également organisé en ville. L’objectif : se déguiser de n'importe quelle manière pour ne pas être reconnu par ses voisins.

Une fille dessine sur son masque.

Nancy Tang, 6 ans, a décoré son masque de mummer avec sa couleur préférée : le violet.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

S’ils devinent c’est qui, le mummer doit leur montrer leur visage. C’est drôle, ils dansent ensemble, explique Thatcher Locke, âgé de 11 ans, qui participera au défilé pour la première fois cette année. Mais s’ils ne devinent pas correctement, bien, peut-être, il y avait un étranger dans ta maison!

Tara Barrett, directrice générale du Festival des mummers, organise le défilé et plusieurs ateliers pour construire des déguisements élaborés, souvent à l'aide d'outils électriques et d'une quantité abondante de colle chaude.

Tara Barrett porte un masque de mummer.

Tara Barrett, directrice du Festival des mummers

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Certains se font un masque à l’aide d’un drap, d’une taie d’oreiller ou d’un napperon. D’autres construisent des masques plus complexes avec des boîtes en carton, des seaux ou des rubans.

Cette année, Mme Barrett a décidé d’ajouter un atelier de fabrication de masques consacré aux enfants à la programmation du Festival pour leur montrer la tradition du mummering et, avec un peu de chance, les convaincre à participer à la parade.

Un jeune tient un crayon-feutre.

Levi Collett, 5 ans, voulait que son masque de mummer ait l'air d'un vampire.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

La tradition du mummering a été apportée à Terre-Neuve par des colons anglais et irlandais. Pendant des décennies, le mummering se faisait typiquement dans les petites communautés de Terre-Neuve. Tara Barrett indique pourtant qu’il existe certaines preuves historiques qu'un défilé des mummers a eu lieu à Saint-Jean dans les années 1800.

Pendant l’année longue, nous sommes censés d’agir d’une certaine manière avec nos amis, nos voisins, explique Tara Barrett. C’est une manière de voir la famille, les amis, de se voir et d’agir un peu bêtement - comme nous ne le ferions pas habituellement.

Une tradition qui évolue

La tradition a beaucoup changé lors des dernières années, rappelle Trish Simmons, qui a grandi à Fortune, un village de la péninsule de Burin, et qui est allée à l’atelier de fabrication de masques avec sa petite fille, Sofia.

Quand j’étais jeune, les gens venaient chez nous et ils buvaient beaucoup, se souvient Mme Simmons. Je pense que cette parade va plutôt ressembler à un défilé d’Halloween pour elle [Sofia].

Une fille tient des ciseaux.

Ali Rée, âgée de 7 ans et élève à l'école Cowan Heights Elementary, fabrique son masque de mummer.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Tara Barrett indique que la tradition excentrique de se déguiser et de visiter les maisons du quartier n’est pas unique à Terre-Neuve.

Dans une poignée de communautés au Québec, à l’Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse, les résidents continuent à courir la Mi-Carême, une tradition printanière où les gens se déguisent et rendent visite à leurs voisins lors d’une période de l’année caractérisée par le jeûne et l’abstinence.

Un garçon de six ans porte un masque fait avec une taie d'oreiller.

Abel Brennan, 6 ans, porte le masque qu'il a fabriqué pour le défilé des mummers.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Chaque année, des gens portent des costumes flamboyants lors du défilé des mummers de Philadelphie.

Bien des jeunes rassemblés à la bibliothèque A.C. Hunter pour l’atelier de fabrication de masques ont indiqué que l'événement de ce week-end sera leur première occasion de participer au défilé des mummers.

C’est la première fois pour moi, dit Thatcher Locke. Les gens portent de grands manteaux, de grands pantalons, des bottes, des masques qui sont très drôles […] Des fois des personnes peuvent faire des masques un peu épeurants. Mais c’est plutôt pour s’amuser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Culture