•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Alberta, la commissaire à l’éthique sollicitée dans les dossiers Gibson et Allan

Marguerite Trussler parle dans un micro.

Le NPD demande à Marguerite Trussler d’enquêter sur les circonstances du vote du projet de loi 22 qui a abouti au limogeage de Lorne Gibson, et sur celles liées à la nomination de Steve Allan.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Alberta et Démocratie en surveillance ont demandé à Marguerite Trussler d’enquêter sur deux dossiers préoccupants à leurs yeux : le limogeage du commissaire aux élections Lorne Gibson et les circonstances de la nomination de Steve Allan en tant que commissaire chargé d’une enquête publique.

Le NPD l’avait annoncé et, mercredi, il l’a fait : dans une lettre de 21 pages envoyée à la commissaire à l’éthique, Marguerite Trussler, il la presse d’évaluer s’il y a eu conflit d’intérêts lors du dépôt, du débat et du vote sur le projet de loi 22.

L’adoption, le mois dernier, de cette loi, qui porte sur sur la réforme des agences, des conseils d'administration, des commissions, et des entreprises gouvernementales, a abouti au limogeage du commissaire aux élections, Lorne Gibson, alors même qu’il enquêtait sur la course à la nomination du chef du Parti conservateur uni (PCU), remportée en 2017 par Jason Kenney.

Dans sa lettre, le NPD demande à Marguerite Trussler d’enquêter sur plusieurs députés, sur des ministres et sur le premier ministre.

Pour la cheffe du NPD en Alberta, Rachel Notley, il est impossible de rester les bras croisés. [Cette] loi est une attaque grossière à notre démocratie a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse à Edmonton mercredi.

C’est bien trop important à nos yeux pour que l’on ne fasse rien, c’est bien trop important pour que l’on oublie.

Rachel Notley, ancienne première ministre de l’Alberta et cheffe du NPD en Alberta

Sur cette liste de personnalités, on retrouve notamment Jason Kenney, les ministres Doug Schweitzer (Justice), Leela Aheer (Culture, Multiculturalisme et Condition féminine), Prasad Panda (Infrastructure), Josephine Pon (Personnes âgées et Accès au logement), le ministre associé Jason Luan (Santé mentale et dépendances), ainsi que les députés Peter Singh, Jordan Walker et Joseph Schow.

Selon Jess Sinclair, chargée de relations avec les médias auprès du leader de la Chambre, Jason Nixon, ces accusations contre des membres élus sont infondées. Elle affirme néanmoins qu’en cas de convocation par la commissaire à l'éthique les députés répondront bien évidemment sur ce sujet, ou sur tout autre sujet.

Soupçons de conflits d'intérêts

Le NPD n’est pas le seul à solliciter Marguerite Trussler. Mercredi, l’organisme Démocratie en surveillance lui a demandé de s’intéresser de près au rôle de Doug Schweitzer dans la nomination de Steve Allan. Celui-ci a pour mandat de mener une enquête publique sur des campagnes de salissage visant l’industrie énergétique albertaine.

Le cofondateur de Démocratie en surveillance, Duff Conacher, souhaite savoir si le ministre de la Justice s’est rendu coupable de conflit d’intérêts alors que Steve Allan avait financé sa campagne, et s'il a usé de son influence pour convaincre ses associées de soutenir sa nomination lorsqu’il s’était présenté à la tête du PCU.

Pour Duff Conacher, il ne fait aucun doute que Steve Allan est directement associé avec le ministre Schweitzer, ce qui rend inappropriée toute participation dans des décisions pouvant favoriser les intérêts privés de M. Allan.

Le cabinet du ministre réfute ces allégations, considérées comme étant ridicules.

M. Allan a été choisi pour ce poste uniquement grâce à son expérience professionnelle.

Jonah Mozeson, chargé des relations avec les médias auprès du cabinet de Doug Schweitzer

Marguerite Trussler réceptive

Dès le 21 novembre, et alors même que le projet de loi 22 en était à sa lecture finale, Marguerite Tessler confiait à Rachel Notley, dans une lettre, que certains députés pourraient se trouver en situation de conflit d'intérêts s’ils donnaient leur aval à cette loi ou si certains de leurs proches associés jouaient un rôle dans l’enquête de Lorne Gibson.

Elle a dit qu'elle voulait s’entretenir avec les députés interrogés par ce dernier dans le cadre de son enquête pour fraude.

Jason Kenney et Prasad Panda n’avaient pas pris part au débat public sur le projet de loi, mais le NPD s'interroge sur leur présence dans les discussions ayant lieu entre membres du Cabinet. Rachel Notley a demandé à la commissaire à l’éthique de vérifier s’ils se sont absentés de ces discussions.

Durant sa conférence de presse, Rachel Notley a dit qu'elle était en consultation avec des avocats pour déterminer si son parti était en mesure de prendre des actions en justice viables dans cette affaire.

Avec les informations de Michelle Bellefontaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale