•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vedettes espionnées : le présumé pirate de cellulaires avait accès à l'Assemblée nationale

Pascal Desgagnés à sa sortie du palais de justice de Québec.

Pascal Desgagnés a comparu jeudi au palais de justice de Québec.

Photo : Radio-Canada

L'homme qui aurait piraté les téléphones cellulaires de dizaines de personnes, dont plusieurs vedettes comme l’animatrice Véronique Cloutier, avait également accès à l'Assemblée nationale.

Pascal Desgagnés avait une carte d’accès de l’Assemblée nationale. Il était consultant externe pour le centre d’expertise numérique.

Des démarches ont par ailleurs été entreprises pour vérifier si des téléphones de députés ont pu être piratés.

Ses accès aux systèmes informatique et téléphonique étaient toutefois « limités », selon l’Assemblée nationale, qui n’a pas donné plus de détails.

La carte d’accès de l’accusé a été révoquée jeudi.

Selon nos informations, un député de l'Assemblée nationale a constaté en 2018 que son téléphone semblait avoir été piraté. Quelqu'un pouvait y accéder à distance et envoyer des textos sans le consentement du député.

La situation a été rapportée à la Sûreté du Québec, mais on ne sait pas s'il y a eu une enquête ou si les événements sont liés au cas Pascal Desgagnés.

Pascal Desgagnés était également consultant externe chez Desjardins. La coopérative financière indique par courriel que les informations auxquelles M. Desgagnés, en tant que consultant pour Desjardins, avait accès ne permettent pas de pirater des cellulaires.

L'accusé a également été consultant à la Ville de Québec de 2011 à 2012. Par ailleurs, il agissait à titre de contractuel à Revenu Québec. L'organisme a rompu ses liens avec lui à la suite du dépôt d'accusations.

« Selon notre enquête interne, il avait uniquement accès à un système de planification et de suivis de projets. Il n’avait pas accès aux dossiers fiscaux », indique la porte-parole, Geneviève Laurier.

Comparution et conditions strictes

Plus tôt, jeudi, Desgagnés a été accusé de fraude et de vol d’identité. Il a été remis en liberté, mais doit respecter des conditions strictes relativement à son utilisation d’Internet et d’appareils électroniques.

Pascal Desgagnés, 45 ans, faisait face à sept chefs d'accusation, dont vol d'identité, fraude à l'identité, méfaits, utilisation non autorisée d'un ordinateur et utilisation frauduleuse d'un mot de passe.

Les infractions auraient été commises entre le 20 décembre 2013 et le 21 janvier 2019.

L’accusé a consenti à plusieurs conditions pour retrouver sa liberté lors de son audience au palais de justice de Québec jeudi matin.

Il peut utiliser Internet seulement entre 9 h et 21 h pour son travail ou encore pour consulter certaines plateformes de diffusion de musique et de vidéo.

Il n’a pas le droit d’utiliser les réseaux sociaux ou un réseau privé virtuel (RPV, ou VPN en anglais).

Pascal Desgagnés doit également fournir à l’enquêteur au dossier une liste des appareils électroniques qu’il utilise.

Plusieurs victimes

Pascal Desgagnés n’a pas le droit d’entrer en contact avec 32 personnes.

La procureure de la Couronne, Dana Cernacek, a nommé les initiales de ces personnes en cour. Elle n’a pas voulu confirmer aux journalistes s’il s’agissait seulement de victimes.

On dénombre plusieurs victimes au Canada et aux États-Unis. Il n’y aurait aucun lien entre elles, et le suspect ne les connaissait pas.

Pas d'antécédent criminel

Le résident de Québec n’a pas d’antécédent criminel. Il a été arrêté par la police de Longueuil au terme d'une enquête qui a débuté en mai 2018.

Les policiers ont analysé une grande quantité d’éléments. C'est la complexité des analyses qui explique la longueur de l'enquête.

Pour l'instant, les autorités croient que le suspect a agi seul. Les victimes auraient été ciblées au hasard. Véronique Cloutier a pour sa part dévoilé lors de son émission de radio, mardi dernier, qu'elle a été victime du pirate.

Des perquisitions ont été effectuées, notamment au domicile du suspect, et des ordinateurs ainsi que divers dispositifs informatiques ont été saisis.

Pascal Desgagnés doit revenir en cour le 31 mars 2020.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !