•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'usine Fortress de Thurso n’a pas encore trouvé d’acheteur

Plan large de l'entrée de l'usine tôt le matin.

L'usine Fortress à Thurso a dû arrêter temporairement sa production en raison du faible prix de la cellulose sur les marchés (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’entreprise Fortress Global annonce qu’elle a failli à trouver un repreneur pour relancer les opérations de son usine de Thurso. La majorité de ses activités sont arrêtées depuis le mois d’octobre, en attendant que le prix de la cellulose remonte sur les marchés.

Le gouvernement Legault a octroyé un prêt de 8 millions de dollars à Fortress au début octobre. Québec voulait ainsi mettre en place un processus afin de trouver un investisseur stratégique pour l'usine de Thurso.

Les délais pour trouver un acheteur avaient été prolongés jusqu’au 6 décembre, mais aucune offre pertinente n’a été déposée.

La Société continue de discuter activement avec les prêteurs afin d'assurer la viabilité financière à long terme de ses activités et de développer un plan de restructuration. Mais rien ne garantit qu'un règlement sera conclu ou que les prêteurs ne prendront pas de mesures d'exécution aux termes de l'entente de financement, peut-on lire dans un communiqué envoyé par Fortress Global.

L'entreprise n'écarte pas l’option de devoir recourir prochainement à la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Rien ne garantit que la Société ou les prêteurs n'entreprendront aucune forme de protection contre les créanciers ou de procédure d'insolvabilité dans un avenir proche ou imminent, précise Fortress Global.

L'usine de Thurso embauche 323 travailleurs, dont 250 ont été mis à pied temporairement en octobre. L’entreprise avait cessé ses activités en raison d'un différend commercial en cours entre les États-Unis et la Chine, ainsi que de l’affaiblissement de la demande intérieure chinoise de textiles et de vêtements, expliquait-on au début octobre.

Fortress Global avait alors affirmé qu’elle préservait l'option de redémarrer l'usine lorsque les prix seraient revenus à un niveau normal, si elle parvenait à réduire ses coûts de production.

Une cellule d’intervention spéciale

Par ailleurs, une première rencontre est prévue jeudi matin à Thurso entre le maire, Benoit Lauzon, le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, et le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour. Ils doivent, entre autres, discuter de la création d’une cellule d’intervention spéciale pour aider les entreprises forestières de l'Outaouais.

L’objectif est de trouver des solutions à long terme pour sauver l’industrie dans la région.

Le gouvernement du Québec avait d'ailleurs annoncé à la fin novembre qu'il octroyait une aide financière pouvant aller jusqu'à 5,3 millions de dollars aux entreprises forestières de l'Outaouais et des Laurentides pour traverser la crise qui ébranle l’industrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !