•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FSIN propose d'aider Scott Moe dans sa lutte contre la taxe carbone

Le chef de la FSIN, Bobby Cameron, s'adresse aux médias lors d'un point de presse, mardi, à Saskatoon.

Le chef de la FSIN, Bobby Cameron dénonce la taxe carbone et prend position en faveur de la construction de pipeline.

Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

Radio-Canada

Le chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN), Bobby Cameron, dit qu’il aidera le premier ministre Scott Moe à lutter contre la taxe carbone et à faire pression pour la construction de pipelines si ce dernier l’aide en retour en matière de services de protection à l’enfance.

Bobby Cameron estime que le gouvernement provincial doit changer ses politiques en matière de protection à l’enfance. L’an dernier, dit-il, 2 bébés autochtones ont été enlevés à la garde de leurs parents à leur naissance en Colombie-Britannique, alors que ce nombre était de 324 en Saskatchewan. Un nombre plus élevé qu’au plus fort des pensionnats autochtones, selon lui.

Par ailleurs, 10 000 enfants sont actuellement pris en charge par l’État en Saskatchewan, a souligné Bobby Cameron.

Les commentaires du chef de la FSIN ont été faits quelques semaines avant l’entrée en vigueur de la loi qui reconnaît les compétences des Premières Nations en matière de services à l’enfance et à la famille. M. Cameron a d’ailleurs salué l’adoption de la loi lors du point de presse.

Les solutions se trouvent au sein des conseils de bande, des chefs, des aînés, des tuteurs, des soignants. Les solutions existent et sont là, estime-t-il.

Nous comprenons nos propres enfants.

Bobby Cameron, chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan

Bobby Cameron dit que des copies de la loi seront envoyées cette semaine aux communautés autochtones de la province pour qu’elles puissent élaborer leurs propres politiques en la matière.

Le cabinet de Scott Moe réagit

Dans une déclaration écrite envoyée à CBC/Radio-Canada, le cabinet du premier ministre, Scott Moe, réitère sa position sur la taxe carbone. Le bien-être de tous les enfants, y compris celui des enfants autochtones, est de la plus haute importance, affirme-t-il.

Bien que les deux questions soulevées par le chef Cameron soient importantes pour la population de la Saskatchewan, elles sont indépendantes l'une de l'autre. Nous n'avons pas l'intention de politiser ces questions en les reliant entre elles, peut-on également lire dans la déclaration.

Front commun contre la taxe carbone

Scott Moe s’oppose fermement à la taxe fédérale sur le carbone depuis plusieurs mois. Son gouvernement a même contesté sa constitutionnalité devant la Cour suprême du Canada.

Le directeur général du Yorkton Tribal Council ainsi que le chef et le vice-chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatewan répondent aux questions des journalistes lors d'un point de presse.

En point de presse mercredi, Raymond Shingoose, directeur général du Yorkton Tribal Council, Bobby Cameron, chef de la FSIN, et David Pratt, vice-chef de la FSIN, ont plaidé pour une plus grande autonomie en matière de services de protection à l'enfance.

Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

En point de presse mercredi, Bobby Cameron a dit que la taxe carbone est loin de faire l’unanimité au sein des communautés autochtones qu’il représente.

C’est quelque chose que nous ne soutenons pas. Personnellement, je ne la soutiens pas. Quand j’ai vu que ma facture d’électricité et de chauffage a augmenté, je n’ai pas aimé cela. Je me suis dit : ‘"Bon sang, une autre chose à payer’"", dit-il.

Le vice-président de la FSIN, David Pratt, abonde dans le même sens.Nous sommes prêts à travailler avec la province là où elle a besoin de notre soutien, mais nous nous attendons à ce qu’elle nous offre sa coopération alors que nous effectuons une transition vers une plus grande autonomie dans le dossier de la protection de l’enfance, a-t-il expliqué.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Autochtones