•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raif Badawi et son avocat amorcent une grève de la faim

Une pancarte avec la photo de Raif Badawi et la mention « Je suis Raif ».

Le blogueur saoudien Raif Badawi est emprisonné depuis plusieurs années en Arabie saoudite.

Photo : Sébastien Vachon

Radio-Canada

Le blogueur saoudien Raif Badawi et son avocat, tous deux emprisonnés depuis des années, auraient entamé une grève de la faim pour protester contre leur mise en isolement et les mauvais traitements dont ils sont victimes à la prison de Dhahban, près de Djeddah en Arabie saoudite.

L'information a été rendue publique par l'avocat de Raif Badawi, Me Irwin Cotler, du Centre Raoul-Wallenberg pour les droits de la personne.

Dans un communiqué publié en fin de journée mercredi, Me Cotler rappelle que les deux hommes sont derrière les barreaux pour avoir fait la promotion de la liberté d'expression et de la défense des droits de la personne en Arabie saoudite.

Raif Badawi n'en est pas à sa première grève de la faim,lui qui en avait mené une autre en septembre dernier, jusqu'à ce qu'il obtienne une rencontre avec un représentant de la Commission saoudienne des droits de l'homme.

Il avait également cessé de s'alimenter en juin 2016, en janvier 2016 et en décembre 2015 pour forcer la main à ses geôliers, parfois pour obtenir de telles rencontres, mais aussi, et surtout, pour obtenir ses médicaments.

Condamné à 10 ans de prison

Raif Badawi a été condamné à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet, un interdit d'activité journalistique et de voyage pour 10 ans et une amende de 3 millions de riyals, soit environ l'équivalent de 1,05 million de dollars canadiens, pour avoir créé un forum en ligne afin de discuter de questions sociales en Arabie saoudite.

Son avocat Waleed Abulkhair a été condamné, lui, à 15 ans de bagne, un interdit de voyage de 15 ans et une amende de 200 000 riyals, soit environ 70 261 $ CA, une peine qui viendra à terme en 2044. Il a été emprisonné pour ses déclarations dénonçant les peines sévères imposées à ses concitoyens, dont son client Raif Badawi.

Raif Badawi n'a pas vu son épouse, Ensaf Haidar, et ses trois enfants depuis sept ans. Ces derniers sont réfugiés à Sherbrooke.

Waleed Abulkhair, pour sa part, était déjà en prison quand son premier enfant est né en juin 2014. La fillette n'a pas connu ses parents, puisque sa mère Samar Badawi, qui est la soeur de Raif Badawi, est également emprisonnée pour avoir défendu les droits des femmes, dont celui de conduire une automobile, ce qui est maintenant permis dans ce pays.

De nombreuses informations ont fait état de torture à son endroit, mais ces informations n'ont pu être confirmées, personne n'ayant eu de nouvelles de Samar Badawi depuis son arrestation en juin 2018.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Droits et libertés