•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault participera à la prochaine conférence de l'ONU sur le climat

François Legault debout derrière un lutrin.

François Legault a rencontré le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, à Sacramento, mercredi.

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre du Québec participera à la prochaine conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la COP26, qui se déroulera l'année prochaine à Glasgow, en Écosse.

François Legault en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse mercredi à l’issue de sa rencontre avec le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, à Sacramento, au terme de sa visite dans cet État américain.

Vous savez, les COP ne sont pas toutes de la même importance, mais l’année prochaine elle va être très importante, comme la COP à Paris l’avait été. Donc, je serai présent, a-t-il déclaré.

M. Legault dit avoir eu une très bonne rencontre avec son homologue californien, qu’il décrit comme un homme très sympathique avec qui il dit avoir plusieurs points communs, comme le fait d’être un homme d’affaires, d’aimer le sport et d’avoir un point de vue pragmatique.

La bourse du carbone

Le leader québécois dit avoir abordé la question de la bourse du carbone au cours de leur rencontre.

On sait que la Californie et le Québec ont une bourse du carbone. On souhaiterait tous les deux que d’autres États et provinces se joignent à la bourse du carbone. Donc, on va y travailler tous les deux, ensemble.

François Legault

On a parlé de New York, du Massachusetts, de l’Oregon, de certains États qui pourraient être intéressés à joindre la bourse du carbone, a-t-il ajouté.

Gavin Newson estime que la poursuite intentée par le président américain Donald Trump contre la légalité des ententes conclues par la Californie au sujet de la bourse du carbone ne constitue pas un frein au recrutement d’autres partenaires. Il s'agit, selon lui, d'une attaque « insultante, absurde et légalement douteuse ». Signe des divergences entre les deux paliers de gouvernement, cet État résolument pro-écologique fait l'objet de 64 poursuites de l'administration fédérale américaine.

Devant les journalistes, il néanmoins admis qu'une défaite devant le tribunal aurait un impact « important sur la plan symbolique, mais non significatif sur le fond ».

On était tous les deux déçus de voir que l’Ontario s’est retirée de la bourse, a fait savoir le premier ministre. J’aimerais ça voir une vingtaine d’États américains [s’y joindre]. Il m’a dit que ce n’était pas irréaliste éventuellement.

M. Legault estime d'ailleurs que l’administration Ford, en Ontario, aurait avantage à reconsidérer sa décision.

Vous savez qu’il y a des discussions pas simples entre Justin Trudeau et M. Ford sur la taxe carbone. Moi, je continue à penser, et c’est ce que je répète, et je vais continuer de répéter à Doug Ford, qu’il y a beaucoup plus d’avantages à être dans une bourse du carbone que d’avoir une taxe sur le carbone, a-t-il soutenu.

M. Legault a reconnu que des embûches majeures existent avant que la majorité des provinces ne rejoignent la bourse du carbone.

La Nouvelle-Écosse a sa propre bourse du carbone. Ça peut être éventuellement la Colombie-Britannique [qui l'intègre]. Ça peut être d’autres provinces. […] Il y a trois provinces entre autres, l’Alberta, la Saskatchewan et l’Ontario, qui sont dirigées par des partis conservateurs dans tous les sens du mot, et c’est plus difficile, a-t-il admis.

Lutte contre les changements climatiques

François Legault dit s’être entendu avec le gouverneur Gavin Newsom pour qu'ils travaillent ensemble à combiner l'économie et la lutte contre les changements climatiques.

Mon rêve serait qu’on fabrique des trains, des tramways, des autobus électriques, des camions électriques, même des autos électriques. On s’est dit que tous les deux on devrait travailler ensemble à certains partenariats, entre autres dans ces secteurs-là, pour voir si on ne peut pas identifier des entreprises qui pourraient y travailler en partie de la Californie, en partie du Québec, pour que cela fasse l’affaire de tout le monde, a-t-il relaté.

La Californie atteint ses cibles en matière de réduction de gaz à effet de serre, a mentionné M. Legault. Le défi du Québec est d’atteindre ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030, a-t-il dit. Il prévoit à cet effet présenter un plan dès le début de 2020.

La Californie est plus pro-environnement que l’ensemble des États-Unis. Le Québec est plus pro-environnement que le reste du Canada. On a une position qui est un peu semblable.

François Legault

Quand on regarde les 60 États et provinces et qu’on regarde les [émissions de] GES par habitant, les meilleurs, ce n’est pas la Californie, c’est le Québec. On a chacun nos batailles, chacun nos réussites, mais en même temps c’est vrai que le Québec et la Californie sont des modèles en termes de réduction des GES, a-t-il ajouté.

François Legault a dit s’être entendu avec Gavin Newsom pour que leurs représentants continuent à se parler au cours des prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !