•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 syndicats d'enseignants contesteront la loi qui plafonne les hausses de salaire à 1 %

Une sculpture de la déesse romaine de la Justice, balance et épée à la main.

Les syndicats estiment que le plafond salarial de 1% imposé par le gouvernement Ford est inférieur au taux d'inflation.

Photo : iStock / Tonkovic

Radio-Canada

Quatre syndicats représentant des dizaines de milliers d'enseignants et travailleurs de l'éducation en Ontario se tourneront vers les tribunaux pour contester la loi 124 qui plafonne à 1 % par an les hausses salariales dans le secteur public.

L'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO), la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO), et l’Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA) annonceront jeudi qu'ils entameront une contestation judiciaire, a appris Radio-Canada.

Les quatre syndicats d'enseignants ontariens, qui sont présentement à la table de négociation avec la province pour le renouvellement des conventions collectives, avaient déjà menacé de contester la loi devant les tribunaux, affirmant que celle-ci vient bafouer le droit à la négociation collective, en vertu de la Charte canadienne.

Les syndicats estiment que le plafond salarial de 1 % imposé par le gouvernement Ford est inférieur au taux d'inflation.

Cette nouvelle action survient alors que les membres de la FEESO organisaient, mercredi, une deuxième grève d'un jour en deux semaines.

La loi 124 s'applique à plus d'un million d'employés, que ce soit les fonctionnaires provinciaux ou les employés des conseils scolaires, des collèges et universités, des hôpitaux et des centres de soins de longue durée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation