•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Davantage de loups abattus depuis les mesures incitatives des T.N.-O.

Un loup gris avec des yeux verts.

Les T.N.-O. offrent un programme pour mieux récompenser les chasseurs qui abattent les loups qui se nourrissent de caribous.

Photo : Associated Press / Dawn Villella

Radio-Canada

Une soixantaine de loups ont été abattus par des trappeurs depuis les nouvelles mesures incitatives du gouvernement ténois lancées l’an dernier dans le but de sauvegarder les hardes de caribous de la toundra qui connaissent un déclin alarmant.

L’efficacité du « Programme bonifié de mesures incitatives pour l’abattage du loup » est cependant critiquée par des biologistes.

Selon le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, 59 loups ont été abattus en 2018-2019 dans la nouvelle zone faisant l’objet de mesures incitatives, et 7 autres ont été tués hors de la zone. 

C’est plus que les 40 loups abattus en 2017 et 2018, selon le biologiste Robert Mulders, du gouvernement ténois.

Beaucoup des loups piégés étaient en « assez bonne forme », selon le biologiste, et ont été trouvés dans un rayon de 10 à 20 kilomètres de la route d'hiver. 

Des caribous dans la neige.

Le caribou de la toundra est le type de caribous le plus abondant et répandu aux Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

Les autopsies ont aussi confirmé que 95 % de ces loups avaient mangé du caribou. Dans les versions précédentes du programme, de nombreux chasseurs piégeaient des loups près des décharges et des communautés.

Selon Robert Mulders, ces informations confirment que les trappeurs chassent à présent dans les zones ou il y a beaucoup de caribous. « C’est un pas dans la bonne direction », dit-il. 

« La littérature et les [autres régions ayant un programme similaire] suggèrent qu’il faut éliminer de 60 à 80 % de la population des loups et maintenir cette pression pendant plusieurs années pour être efficace, dit-il. C’est donc ce que nous recherchons. » 

Pas de cible précise

Le gouvernement n’a pas établi de cibles précises dans son programme pour l’abattage du loup, mais selon Robert Mulders, des plans de gestion pour la harde des caribous de Bathurst suggèrent qu’il faudrait abattre de 80 à 120 loups. 

Une carte démontre une zone du Slave Nord dans les Territoires du Nord-OuestAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La zone désigné pour le programme par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Environnement et Ressources naturelles

Il ajoute cependant que le gouvernement ténois et les autres gouvernements ailleurs au pays ont de la difficulté à compter le nombre de loups sur leurs territoires et qu’il est donc difficile d’établir des cibles. 

« Nous pensons que beaucoup plus de loups pourraient être capturés, particulièrement dans la toundra [plus loin des routes d’hiver] », dit M. Mulders.

De bonnes mesures, selon un trappeur

Le trappeur Nathan Kogiak est de ceux qui ont sauté sur l’occasion que lui offrait le nouveau programme. 

Selon ce dernier, un chasseur reçoit 900 $ du gouvernement pour chaque carcasse de loup abattu dans la zone désignée à cet effet et est admissible à des montants supplémentaires de 750 $ selon la qualité de la fourrure.

Un homme dans une cabane.

Le trappeur inuvialuit Nathan Kogiak se tient dans sa cabane à Yellowknife où il prépare des peaux de loup, de lynx et de renard.

Photo : Radio-Canada / Kate Kyle

Selon Nathan Kogiak, ces montants en valent la peine et facilitent le déplacement sur le territoire. 

« Si c’est la seule chose que je peux faire en ce moment [pour aider les populations de caribous],  c’est certain que je vais participer », conclut-il.

D'après des informations de Kate Kyle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Chasse et pêche