•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les véhicules non électriques laissés devant une station de recharge seront mis à l'amende

Des voitures électriques sont garées à proximité de bornes de recharge.

Selon les données rapportées par l'organisme Mobilité électrique Canada, 3127 voitures électriques ont été vendues en Ontario au troisième trimestre de 2019. C'est moins qu'au Québec et qu'en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Radio-Canada

Les automobilistes qui stationneront une voiture à essence devant une station de recharge pour véhicules électriques seront mis à l'amende en Ontario.

Un projet de loi pour modifier le Code de la route, incluant cette disposition, a été adopté jeudi par les députés ontariens.

Le projet de loi, intitulé Loi de 2019 sur le stationnement réservé à la recharge des véhicules électriques, avait été déposé conjointement par le député vert Mike Schreiner et le député progressiste-conservateur Lorne Coe.

Il prévoit une amende minimum de 125 $ pour les contrevenants. Une somme assez raisonnable, selon Mike Schreiner.

Extrait du projet de loi :

« Nul ne doit stationner un véhicule dans une station de recharge pour véhicules électriques qui est identifiée comme telle au moyen d’un panneau qui satisfait aux exigences prescrites, à moins qu’il ne s’agisse d’un véhicule électrique et que celui-ci ne soit branché à l’équipement de recharge de la station ».

Source : Assemblée législative de l'Ontario

Un homme en mêlée de presse.

Mike Schreiner dit avoir apprécié la collaboration du gouvernement Ford sur ce projet de loi important pour la transition énergique.

Photo : Radio-Canada

De nombreux conducteurs m'ont contacté et m'ont dit que le blocage des bornes de recharge ralentit le déploiement des véhicules électriques dans la province.

Mike Schreiner, député du Parti vert

Une telle mesure était réclamée depuis longtemps par la communauté de propriétaires de véhicules électriques. Gérard Gavrel, qui a troqué l'essence pour l'électricité il y a une dizaine d'années, se réjouit de cette avancée : Je pense que tous les conducteurs de voitures électriques une fois ou l'autre sont tombés sur la dernière borne adéquate avec une voiture à essence. C'est un problème qu'on voit très souvent.

Si on trouve une voiture à essence dans un système de charge, ça nous permettra d'appeler la police directement.

Gérard Gavrel, membre du Conseil du véhicule électrique d'Ottawa

Jusqu'ici, le club d'automobilistes dont fait partie Gérard Gavrel laissait de petits messages imprimés sur le pare-brise des conducteurs fautifs afin de leur expliquer la situation. Ça nous donne le sentiment qu'on fait quelque chose, explique-t-il. Gérard Gavrel espère maintenant qu'il n'aura plus à imprimer ces petits rappels à l'ordre.

L'organisme Mobilité Électrique Canada salue aussi le travail non partisan des députés ontariens sur cet enjeu. Son président Al Cormier espère maintenant que les élus trouveront le moyen de multiplier le nombre de bornes de recharges dans la province. C'est quelque chose qu'on attendait depuis longtemps, mais c'est aussi important d'avoir plus de places pour recharger les véhicules, indique-t-il.

Une première à Queen's Park

L'adoption du projet de loi marque aussi l'histoire de l'Assemblée législative ontarienne, puisqu'il s'agit du premier projet présenté par un député vert, puis adopté par les députés. Cela confirme que si vous laissez la partisanerie de côté, vous pouvez faire avancer les choses, se réjouit Mike Schreiner.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Environnement

Politique