•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camps spéciaux pour les enfants lors des journées de grève

Des enseignants tiennent des pancartes, y compris une avec le message « aucune coupure en éducation ».

Les membres de la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario tient une deuxième journée de grève, le 11 décembre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La deuxième journée de grève des membres de la Fédération des enseignants des écoles secondaires (FEESO) touche aussi des écoles françaises élémentaires, dont des aides-enseignants sont représentés par la FEESO. Certains parents doivent donc trouver un service de garde pour leurs enfants plus jeunes. Voici quelques options.

Pour ceux qui n'ont pas de gardiens réguliers, certaines petites entreprises ouvrent des camps de jour d'urgence.

C'est le cas du Create Art Studio, dans le nord-est de Toronto. C'est un client qui nous a demandé d'ouvrir un camp d'une journée en cas de grève à la suite de la première journée de débrayage, explique la directrice, Jennifer Thompson.

Les enfants y ont accès pour 70 $ la journée, de 9 h à 16 h, avec possibilité de gardienne en matinée dès 8 h et en soirée jusqu'à 18 h pour 7,50 $ l'heure.

Le plan de ce camp d'urgence avec la programmation d'activités a été mis sur pied lors de la menace de grève du Syndicat canadien de la fonction publique en octobre. Ces employés de soutien dans les écoles ont par la suite conclu une entente contractuelle avec la province.

Le Skyblue-art-studio, dans l'est de Toronto, avait aussi ouvert ses portes lors du premier mercredi de grève de la FEESO le 4 décembre, pour 50 $ de 9 h à 16 h, avec possibilité de garde jusqu'à 17 h pour 10 $ de plus.

La démarche n'a toutefois pas été très populaire et une seule enfant est venue, selon l'établissement. L'école d'art se dit néanmoins prête à retenter l'expérience si nécessaire en janvier, si les journées de grève se poursuivent.

Camp en français

De son côté, l''Alliance française ouvre ses centres à Spadina, North York et Mississauga pour accueillir les enfants des Conseils scolaires Viamonde et MonAvenir.

Le principal du campus, Christophe Plantiveau, explique que 48 heures avant le début de la première journée de grève, la semaine dernière, les équipes ont préparé un programme d'activités.

Hier soir, un parent nous a appelés à 20 h et ce matin, son enfant est avec nous. Ce sont des petits groupes, on est capable d'accueillir à la dernière minute des enfants, parce qu'on travaille avec des groupes de 12 à 20 enfants, précise-t-il.

Pour les parents membres de l'Alliance, le prix s'élève à 60 $. Le coût est de 85 $ pour les non membres. La journée de prise en charge débute à 8 h et se termine en fonction des heures de classe du quartier où se trouve la succursale de l'Alliance en question, soit vers 15 h en général.

À noter également que des milliers d'élèves du secondaire sont en congé forcé ces jours de grève et que certains sont en âge d'offrir des services de gardiennage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation