•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs du secteur public réclament une hausse salariale de 4,1 %

Photo générique d'un travailleur de la santé, les bras croisés, tenant un stéthoscope.

Les travailleurs du secteur public veulent des salaires équivalant à ceux du secteur privé.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les travailleurs du secteur public veulent rattraper le retard salarial par rapport au secteur privé en exigeant une augmentation de 4,1 % pour un contrat de trois ans.

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés ont déposé leurs demandes salariales en vue des prochaines négociations dans le secteur public.

Le message est clair : le gouvernement de la CAQ doit mettre fin à l’ère d’austérité qui a tant fait mal aux services publics, aux travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et de l’éducation, affirme le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Le personnel est épuisé et tient les réseaux à bout de bras.

Daniel Boyer, président de la FTQ

Pénurie de main-d’œuvre

L’augmentation exigée par la FTQ pour les négociations 2019-2020 inclut un minimum de 2 % pour l’ajustement à l’indice des prix à la consommation. Cet ajustement permettrait de répondre à la pénurie de la main-d’œuvre qui sévit notamment dans le secteur public.

Il y a urgence, s’il y a autant de pénurie de personnel et d’épuisement professionnel, c’est qu’il y a une raison, souligne le directeur par intérim du SCFP-Québec, Benoît Bouchard.

Les conditions de travail et les salaires payés sont bien en deçà de ce qui est acceptable. Les précédents gouvernements, avec leur politique d’austérité, ont mis à mal les services publics, ajoute-t-il.

Mythes

La FTQ tient également à déboulonner quelques mythes pour mieux faire comprendre les enjeux de cette négociation.

Elle rappelle ainsi que la moyenne salariale des employés du secteur public est de 36 155 $ et que le retard par rapport au secteur privé est de 6,2 %.

Le pourcentage d’employés qui n’ont pas de permanence ou de poste à temps plein est de 43,2 %. Leur salaire moyen est pour leur part de 28 490 $.

La FTQ représente 600 000 travailleurs au Québec. Dans les domaines du secteur public, 74 % des membres sont des femmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Syndicalisme