•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise du logement à Ottawa : une conseillère demande l’état d’urgence

Catherine McKenney dans son bureau de l'hôtel de ville d'Ottawa.

Catherine McKenney demande l'état d'urgence face à la crise du logement à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Radio-Canada

Catherine McKenney demande que la Ville d’Ottawa déclare un état d’urgence lié au manque de logement. L’élue, qui représente le quartier Somerset, déposera un avis de motion en ce sens mercredi au conseil municipal.

Catherine McKenney souhaite ainsi convaincre ses collègues d’accepter l’idée d’un plan d’action réunissant les trois ordres de gouvernement.

La situation ne fait que se détériorer. Nous savons que nos refuges débordent. Nous savons que des gens n’arrivent pas à trouver du logement abordable, a expliqué Catherine McKenney.

Nous sommes en crise. Nous sommes en situation d’urgence pour ce qui est du logement.

Catherine McKenney, quartier Somerset

Je suis absolument d'accord avec la conseillère McKenney. Nous n'avons presque aucun logement abordable pour ceux qui sont dans la pauvreté, a rajouté Jeff Leiper, le conseiller du quartier Kitchissippi.

La motion demandera des cibles exigeantes et un échéancier, un meilleur accès au logement abordable ainsi que des mesures pour prévenir l’itinérance et venir en aide aux sans-abri.

Cette motion devrait être discutée au premier conseil municipal de 2020, en janvier.

La Ville, la province et le fédéral

Catherine McKenney estime que la Ville, avec l’impôt foncier comme principal revenu, sera incapable de mettre fin à l’itinérance [...] de régler l’enjeu du logement abordable et de réduire de la pauvreté. Nous avons besoin des autres ordres de gouvernement qui sont responsables de redistribuer les revenus, qui ont les ressources.

Selon le conseiller du quartier Rideau-Vanier, la particularité de l'Ontario en matière de logements sociaux contribue à aggraver la situation. On est la seule province où le logement abordable c'est au niveau municipal, donc les outils sont limités, estime-t-il.

Nous avons failli à la tâche, nous avons échoué à aider ceux qui étaient les plus désavantagés, renchérit Mme McKenney.

La conseillère du quartier Somerset a également lancé une pétition pour montrer que cet enjeu touche les résidents de la capitale nationale et que ces derniers demandent à la Ville de passer à l’action.

Un rassemblement est aussi prévu à la fin janvier devant l’hôtel de ville d’Ottawa pour faire avancer le dossier.

Les besoins augmentent

Environ 12 000 ménages à Ottawa attendent un logement communautaire. La Municipalité parvient à trouver un toit à 2000 d’entre eux chaque année, mais la liste continue de s’allonger.

Près de 19 000 foyers dépensent plus de 50 % de leur revenu pour se loger dans la capitale nationale. Chaque soir, ce sont plus de 1000 personnes qui dorment dans des refuges, dont environ 600 y sont depuis plus de 18 mois.

Catherine McKenney souligne qu’à cela s’ajoutent des campements spontanés, comme celui près de la station Bayview qui a été démantelé mardi.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale