•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

BAPE : le coût faramineux des routes d'amiante

La halde de la mine de Thetford Mines

Environ 450 millions de tonnes de résidus d'amiante ceinturent la ville de Thetford Mines.

Photo : Radio-Canada

Sébastien Tanguay

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) doit disposer de plus de 1,3 million de tonnes de chaussée routière contenant de l’amiante. Or, en raison des mesures de sécurité qui entourent sa manipulation, la facture pour se débarrasser de ce bitume peut être jusqu’à 60 fois plus salée que la normale.

Pourtant, le MTQ lui-même n’a jamais décelé une teneur d’amiante supérieure au seuil toléré par Québec lors de travaux de planage de cette chaussée.

Il n’y a pas eu de cas de plus d’une fibre par centimètre cube, a expliqué Guy Bergeron, du MTQ, précisant que certains échantillons étaient illisibles puisque surchargés de poussière.

Le Bureau d’audiences publiques se déplaçait à Thetford Mines, mardi soir, après une escale à Asbestos la semaine dernière. La commission mandatée par le ministre de l’Environnement doit éclairer le gouvernement quant à la gestion de l’amiante et des résidus miniers.

Le MTQ présentait mardi son rapport sectoriel au sujet des enrobés de fibres d’amiante, qui ont été utilisés de 1988 jusqu’à 2011.

À l’époque, cette chaussée était synonyme de durabilité.

Aujourd’hui, il s’agit plutôt d’un casse-tête dont il faudra, tôt ou tard, se débarrasser, selon le MTQ. 

Le coût de l’opération, toutefois, serait élevé en raison des contraintes environnementales et sanitaires qui entourent ce minerai aujourd’hui honni.

Beaucoup de routes contiennent de l'amiante

En tout, plus de 1000 km de routes nationales et d’autoroutes contiennent toujours de l’amiante, surtout dans Chaudière-Appalaches et en Estrie.

Le ministère estime que ce bitume représente 750 000 mètres cubes. Pour faire image, le stade olympique ne pourrait pas le contenir en totalité.

En raison des précautions qui entourent sa manipulation, la disposition de cette chaussée est dispendieuse. De 30 à 60 fois plus chers que l’enrobé conventionnel, a indiqué Guy Bergeron, du MTQ, lors de l’audience mardi.

Une vue générale de Thetford Mines le 10 décembre 2019

Une vue générale de Thetford Mines le 10 décembre 2019

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Seulement pour l'enfouissement du bitume avec de l'amiante, le ministère évalue qu'il en coûte entre 50 et 250 $ la tonne. Le prix pour une tonne d'enrobé conventionnel, pose et transport inclus, se chiffre à 100 $.

Aucune mesure protectrice n’a jamais entouré la pose de cette chaussée, concède le ministère, qui n'avait aucun chiffre concernant le nombre de travailleurs ayant souffert de leur exposition à l'amiante.

Toutes les opérations d'enlèvement, dont les premières ont eu lieu en 2004, ont fait l'objet de mesures protectrices. La fibre d'amiante était alors plus susceptible de contaminer les travailleurs, explique le MTQ.

Fardeau financier pour la région

Le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau, s’explique mal pourquoi le gouvernement impose un arsenal de mesures aux cols bleus de sa ville.

Nous avons dû reporter la moitié des travaux de voirie prévus cette année en raison du coût qu’ils représentaient. Les mesures de sécurité font parfois grimper la facture de 66 %.

Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines

Parmi les précautions concrètes exigées par les instances de santé publique, il cite en exemple la prise de douche obligatoire des ouvriers dès la sortie d’un périmètre jugé à risque d’exposition.

Le gars oublie son marteau : il prend une douche. Il tombe en pause : il prend une douche. À un moment donné, ça impose un fardeau impossible aux contribuables de Thetford Mines, déplore Marc-Alexandre Brousseau.

Les audiences se poursuivent jusqu’à jeudi à Thetford Mines. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé publique