•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vestiges du passé refont surface à Trois-Rivières

La démolition d’un bâtiment de la rue Hart, à Trois-Rivières, a révélé une affiche publicitaire datant du début du XXe siècle.

Les débris d'un bâtiment détruit.

Cette publicité était cachée derrière un mur en briques.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lepoutre

Radio-Canada

La démolition d’un bâtiment de la rue Hart, à Trois-Rivières, a révélé une affiche publicitaire datant du début du XXe siècle.

Elle se cachait derrière un mur et vient de revoir la lumière du jour. Cette publicité est celle d’un ancien marchand de fourrures de Trois-Rivières, Ovide Rocheleau, dont le commerce aurait été fondé en 1908, comme cette affiche publicitaire le dévoile.

C’est la démolition d’un bâtiment, celui qui abritait le bar Le monkey, qui a permis cette découverte surprenante.

Au fur et à mesure que les travaux avançaient, de nombreux badauds se sont arrêtés pour tenter de comprendre et de déchiffrer ce qu’il y avait derrière les briques. J’aime ça, je vais prendre des photos. Je suis ici depuis 9 h ce matin. C’est intéressant à voir, se réjouit un passant.

Des anciens écriteaux, très vieux. Ce n’est pas croyable! 1908, c’est incroyable.

Un Trifluvien
Des personnes dans une rue.

Surpris par cette découverte, de nombreux badauds se sont arrêtés pour regarder les travaux de démolition.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lepoutre

Un patrimoine à conserver ?

Pour l’historien Daniel Robert, ce type de publicité était populaire à l’époque. À la fin du XIXe siècle, on pouvait trouver ce type d’affichage dans les rues. C’était la version ancienne de nos publicités d’aujourd’hui sur des panneaux illuminés.

Malgré leur popularité de l’époque, beaucoup de ces publicités murales n’ont pas réussi à passer les époques. Celle-là est aujourd'hui presque intacte, car elle a été protégée par le mur en briques qui la cachait.

Des débris d'un bâtiment détruit.

Les travaux de démolition devraient se terminer en fin de semaine, selon la Municipalité.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lepoutre

Est-il possible de protéger cette nouvelle découverte? Son avenir est encore incertain. Un nouveau bâtiment sera probablement reconstruit après la fin des travaux de démolition, replongeant dans l’ombre cette affiche du marchand Rocheleau.

Le bâtiment a appartenu un temps à la Ville de Trois-Rivières, qui l’a ensuite revendu. La décision dépendra donc du nouveau propriétaire des lieux. La Ville pourrait toutefois se référer à des lois provinciales en évoquant la protection de biens culturels.

Encart dans un journal papier.

Une autre publicité du marchand de fourrures Ovide Rocheleau se trouve dans une édition de 1921 de l'ancien journal Le Bien public.

Photo : Google News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !