•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau tournoi de tennis international junior à Québec

Sam Aliassime, entraîneur de tennis, lors d'un entraînement de jeunes joueurs à Québec

Sam Aliassime

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Guillaume Piedboeuf

Deux ans après la dernière présentation de la Coupe Banque Nationale, un nouveau tournoi junior débarquera dans la capitale nationale en septembre 2020 à l'initiative du père de Félix Auger-Aliassime.

Sam Aliassime s’est porté acquéreur en 2018 de l’Académie Hérisset-Bordeleau, dont il était déjà actionnaire, avec la ferme intention de développer davantage de joueurs de calibre international à Québec.

La nouvelle Académie Aliassime n’a pas perdu de temps avec la création du tournoi junior international de Québec, qui mettra en vedette des garçons et des filles de moins de 18 ans de partout à travers le monde, tout en réservant quelques laissez-passer aux athlètes locaux.

La compétition dont le lieu exact n’est pas encore décidé apparaît dans le calendrier junior de la Fédération internationale de tennis (ITF), du 14 au 18 septembre 2020.

Félix a commencé comme les autres ici en s’amusant et ça en a fait quand même un bon joueur de haut niveau. L’idée est de permettre à tous les enfants d’ici de poursuivre leur rêve d’atteindre la scène internationale, explique Sam Aliassime, entraîneur de tennis de carrière.

Un serviette avec un logo de l'Académie Aliassime

La nouvelle Académie Aliassime affiche déjà ses couleurs au Club Avantage.

Photo : Radio-Canada

Ce dernier travaille maintenant à ficeler un groupe de commanditaires solides pour le nouveau tournoi, dont un géant mondial de l’équipement avec qui il est actuellement en négociations.

Un tremplin pour les athlètes locaux

Avouant avoir de grands souliers à chausser en prenant le relais des deux Jacques, Hérisset et Bordeleau, à la tête de l’Académie vieille de plus de 30 ans, Aliassime a tout de même espoir de pouvoir la faire croître davantage.

L’obtention d’un tournoi junior J5 de l'ITF, le calibre de base sur la scène internationale, est un premier jalon.

Tous les joueurs, avant d’atteindre un niveau mondial, commencent avec un tournoi international J5. Ça va permettre à nos enfants de réaliser que c’est accessible, assure le directeur de l'Académie, qui a pu profiter d'une transition en douceur de la part de Jacques Hérisset depuis son acquisition.

Sam Aliassime se rappelle lui-même lorsque Félix est allé participer à une compétition internationale pour la première fois, à 14 ans, à Cuba. Le paternel se demandait comment son fils allait s’ajuster au fait d’être si loin de la maison.

Jouer entre Canadiens ou Québécois, c’est une chose, mais commencer à se mesurer aux joueurs internationaux en est une autre. Pouvoir le faire chez nous, à Québec, sans que le joueur, son entraîneur et sa famille aient besoin de voyager, c’est un bon départ.

Félix s'amuse avec une enfant.

Félix Auger-Aliassime lors de son récent passage au Club Avantage, à Québec, où est basée la nouvelle Académie Aliassime.

Photo : Radio-Canada / Vincent Archambault Cantin

Le Club de tennis Victoria dans la mire

C’est sûr que ça va être dans la région de Québec. Le tournoi est déjà affiché et les conditions sont remplies, répond Sam Aliassime lorsqu’on lui demande où exactement aura lieu le nouveau tournoi junior.

Mais pour ce qui est du lieu précis, cela n’est pas encore décidé, à neuf mois de l’événement. L’Académie Aliassime discute présentement avec les villes de Québec, Lac-Beauport et L’Ancienne-Lorette.

On veut faire un tournoi digne de la beauté de Québec. Ça prend des infrastructures au goût du jour. Ce n’est pas un tournoi qu’on fera pour un an seulement et on veut laisser de bons souvenirs aux jeunes, explique-t-il.

Même son de cloche du côté de Jacques Hérisset qui espère que la venue d'une nouvelle compétition servira de prétexte pour que les installations dédiées au tennis à Québec soient améliorées.

On joue à l’extérieur quand même six mois par année. On se promène d’un parc à l’autre, mais on aimerait avoir un parc qui serait identifié au développement des jeunes et où on pourrait avoir plein d’heures parce qu’on a un bassin de plus en plus gros.

Pour ce dernier, le Club de tennis Victoria, aux abords du stade Canac, dans le quartier Saint-Roch, serait tout désigné pour accueillir le nouveau tournoi et devenir un centre de développement.

Il y a quand même neuf terrains de dur. C’est bien situé, à côté du Club Avantage si jamais il pleut. Il est fait presque sur mesure pour ça.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Tennis