•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cancer de la prostate : Régis Labeaume promet de poursuivre le travail de Jean Pagé

20191118181949_IMG_2227

Le maire Régis Labeaume porte le noeud papillon à l'hôtel de ville à l'occasion de la campagne Noeudvembre.

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Radio-Canada

Ébranlé par la mort du journaliste sportif Jean Pagé, le maire Régis Labeaume promet de poursuivre son oeuvre en matière de prévention du cancer de la prostate.

Celui qui était connu pour avoir notamment animé pendant 17 ans la Soirée du hockey à Radio-Canada s’est éteint à l’âge de 73 ans, emporté par la maladie.

Après avoir reçu un diagnostic avec un cancer de la prostate dès 1995, à 49 ans, Jean Pagé a utilisé sa notoriété pour sensibiliser les hommes à l’importance de la prévention.

Il a notamment été porte-parole de Procure, un organisme de lutte contre le cancer de la prostate, pendant près de 20 ans. Il a aussi fondé la Marche du courage, en 2007, qui amasse chaque année des centaines de milliers de dollars pour la recherche.

Moi je vais être là. Jean Pagé est mort, mais moi je vais m'investir, continuer l'oeuvre de Jean parce que Procure fait une job extraordinaire, a promis Régis Labeaume, lui-même en rémission d’un cancer de la prostate.

Régis Labeaume était d’ailleurs parmi les porte-paroles de la 6e campagne Noeudvembre destinée à amasser des fonds pour l’organisme Procure

Il faut remercier Jean et sa famille pour tout ce qu'ils ont investi dans ce travail-là, parce que Procure ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui s'ils n'avaient pas fait ce travail-là.

Connaître ses antécédents

Aux hommes qui hésiteraient à parler du cancer de la prostate, Régis Labeaume les implore à tout le moins de se renseigner sur leurs antécédents.

Mon grand-père est mort de ça, j'ai deux oncles qui ont eu ce cancer-là. [...] Ce que j'ai découvert par après parce que moi j'ai été niaiseux pour m'informer, raconte le maire.

Je veux dire aux gars : faites attention à ceux qui disent encore que ce n'est pas important. Il en meurt encore [du cancer de la prostate], moi j'en connais deux en bas de 50 ans qui vont mourir bientôt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé