•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'admirateur du tueur de Polytechnique reste détenu

Jean-Claude Rochefort en entrevue.

Jean-Claude Rochefort, en 2009

Photo : Radio-Canada

Un homme arrêté en marge de la commémoration des 30 ans de la tuerie de l'École polytechnique restera détenu au cours des prochains jours.

L'enquête sur remise en liberté de Jean-Claude Rochefort, accusé d'avoir fomenté la haine envers les femmes sur Internet, devait initialement avoir lieu mardi.

La procédure a toutefois été reportée à jeudi matin afin de permettre à l'Urgence psychosociale d'évaluer l'accusé. L'Organisation a conclu qu'il est apte à subir les procédures judiciaires.

Le ministère public prévoit s'opposer à sa remise en liberté jeudi. La procureure Josiane Laplante invoquera le risque de récidive et l'importance de ne pas miner la confiance du public envers le système de justice.

Jean-Claude Rochefort, 70 ans, serait le rédacteur d'un blogue antiféministe à caractère haineux et aurait fait l'apologie du tueur de Polytechnique, Marc Lépine.

Selon son avocat, Marc-Olivier Carrier, le Montréalais a bon espoir de recouvrer sa liberté. Il serait prêt à se conformer à des conditions du tribunal, comme de s'abstenir d'utiliser Internet, de consulter son médecin régulièrement et de prendre ses médicaments.

Jean-Claude Rochefort avait déjà été arrêté il y a dix ans et accusé de menaces envers les femmes. La cour avait toutefois rejeté l'accusation et soutenu que ses menaces ne pouvaient s'appliquer aux femmes en général.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Crime haineux