•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'élève accusé de voies de fait armées réintégrera l'école Alexander Galt de Sherbrooke

L'école secondaire Alexander Galt, à Sherbrooke.

L'école secondaire Alexander Galt, à Sherbrooke

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’élève de l'école Alexander Galt, de l'arrondissement Lennoxville de Sherbrooke, accusé de voies de fait armées en ayant menacé d'utiliser une arme sur une autre élève, sera de retour à l’école dans les prochains jours. C’est ce qu’a confirmé la Commission scolaire Eastern Townships, mardi.

L'adolescent réintégrera l’établissement selon un plan de réintégration établi par une équipe de professionnels.

La présumée victime affirme que l'élève l'aurait menacée en lui mettant un couteau sous la gorge en octobre dernier.

Une enquête avait été ouverte après les événements. Le jeune homme avait alors été retiré de l'école temporairement.

Il faut tout peser dans la balance. Le jeune a droit d’avoir accès à une école publique. Alors, on identifie des mesures qu’on va mettre en place pour s’assurer qu’il n’y aura pas de problème et de risque que la situation se répète.

Michael Murray, président de la Commission scolaire Eastern Townships

La commission scolaire dit qu’elle prendra toutes les mesures nécessaires pour que tout le monde dans l’école soit protégé, même si elle doit faire face à un dilemme.

D’un côté, on a les intérêts d’un jeune qui a le droit d’être éduqué dans une école publique. De l’autre, on a les élèves et le personnel de l’école. Ce que nous essayons de faire, c’est de déterminer s’il y a un risque pour les autres autour de cette personne, fait savoir Michael Murray, président de la Commission scolaire Eastern Townships.

Interdit de contact

Les deux adolescents ne doivent pas entrer en contact, d’après la décision de la cour. La commission scolaire affirme que tout sera mis en place pour que tout se déroule pour le mieux.

C’est une grande école. On peut prendre des mesures pour que les deux ne soient pas dans le même espace au même moment. Ils seront sous la supervision d’un adulte qui sera toujours à proximité de l’un ou de l’autre, continue M. Murray.

Le dossier de l’adolescent reviendra devant le tribunal le 16 janvier 2020 pour la forme.

Si le jeune est reconnu coupable, la commission scolaire dit, encore une fois, qu’elle s’adaptera. Le plan doit être souple et flexible et doit s’adapter aux circonstances s’il y a des développements, assure Michael Murray.

La mère de la victime bouleversée

Contactée par téléphone par Radio-Canada Estrie, la mère de la victime était bouleversée par cette décision de la commission scolaire et dit ne pas la comprendre.

Elle se dit également déçue. Elle ne s'explique pas comment un jeune homme qui est accusé de voies de fait armées puisse fréquenter à nouveau l'école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Crimes et délits