•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur des véhicules électriques en effervescence au Québec

De la trottinette au train en passant par le camion, au Québec, on fabrique pratiquement tous les types de véhicules électriques, à l'exception de l'automobile.

Un camion dix-roues entièrement électrique et des autobus scolaires électriques le capot ouvert dans les installations de La Compagnie électrique Lion.

Le reportage d’Olivier Bachand

Photo : Radio-Canada / Olivier Bachand

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Compagnie électrique Lion ne cesse de prendre de l'expansion depuis qu'elle a ouvert ses portes, il y a un peu plus de 10 ans. Le fabricant d'autobus scolaires électriques agrandit en ce moment ses installations de Saint-Jérôme, dans les Laurentides.

On est passé de quelques employés en 2008 à plus 250 cette année. Et on va probablement doubler à l'intérieur des deux prochaines années, affirme le président et fondateur de l'entreprise, Marc Bédard.

Du châssis au fourgon, en passant par la batterie, les autobus scolaires sont assemblés de A à Z dans l'usine de l'entreprise.

Ce savoir-faire québécois s'est fait remarquer aux États-Unis. L'été dernier, Lion a décroché le plus gros contrat de son histoire pour la vente de 200 autobus scolaires en Californie.

Et bientôt, on va annoncer des commandes encore plus importantes que celles-ci, se félicite-t-il. L'autobus scolaire continue sa progression, mais le camion électrique est en train de prendre sa place et va devenir un important produit, pour nous, dans les prochaines années.

Après avoir fait sa marque dans les autobus électriques, Lion a en effet mis au point, l'an dernier, un camion dix-roues (classe 8) électrique.

L'entreprise va aussi développer des véhicules spécialisés comme des camions-nacelles, des véhicules de collecte des ordures et des ambulances entièrement électriques, en partenariat avec d'autres entreprises québécoises.

L'écosystème québécois, avec plusieurs de ces partenaires-là, on est en train de le créer. Et là il y a toute une opportunité de prendre une place de leader dans le monde.

Une citation de :Le président et fondateur de Lion, Marc Bédard

Une industrie en expansion

L'industrie des véhicules électriques et intelligents se taille une place de plus en plus grande dans l'économie québécoise.

En plus des véhicules lourds, des entreprises d'ici fabriquent entre autres des batteries, des bornes de recharge, des logiciels et des capteurs pour le véhicule autonome.

Le secteur génère plus de 6000 emplois répartis dans 147 entreprises, selon une étude de KPMG commandée par Propulsion Québec, l'organisation qui fait la promotion de cette grappe industrielle.

Les ventes représentent 2,2 milliards de dollars annuellement et les exportations atteignent 830 millions.

Selon la PDG de Propulsion Québec, Sarah Houde, c'est l'expertise développée dans la province qui explique la croissance du secteur.

On a beaucoup d'expertise dans des domaines de pointe. C'est ça qu'il faut valoriser, c'est ça qui a le plus de valeur dans la chaîne, c'est ça qui va nous permettre de nous distinguer.

Une citation de :La PDG de Propulsion Québec, Sarah Houde

Si le secteur a le vent dans les voiles, il est cependant freiné par le manque de main-d'oeuvre.

J'ai une tonne d'entreprises qui me disent : "je ne sais pas comment je vais faire pour sortir mes commandes dans les prochains mois, je n'ai pas assez de staff", relate Sarah Houde. "Je pourrais installer une deuxième ligne de production, j'ai des investisseurs, j'aurais des commandes, mais je ne sais pas comment je l'alimenterais".

À La Compagnie électrique Lion, les besoins de main-d'oeuvre sont d'ailleurs grands.

Marc Bédard prendrait bien une quarantaine d'ingénieurs demain matin et une cinquantaine de personnes sur la ligne de production, sans problème.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !