•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario compte faire appel d'une décision sur les frais de scolarité des étudiants

Le ministre des Collèges et Universités de l'Ontario, Ross Romano (archives)

Le ministre des Collèges et Universités de l'Ontario, Ross Romano (archives)

Photo : Radio-Canada / Angela Gemmill

Radio-Canada

L'Ontario compte en appeler d'une décision prise par la Cour divisionnaire de la province le mois dernier qui a annulé une mesure du gouvernement Ford autorisant les étudiants du postsecondaire à ne pas payer pour des services jugés « non essentiels ».

Le ministre des Collèges et Universités de l'Ontario, Ross Romano, explique que le gouvernement veut rendre l'éducation abordable pour tous les étudiants.

La Cour divisionnaire a plutôt estimé que l'initiative « liberté de choix » porte atteinte aux fonctions et à l'indépendance des organisations étudiantes dans les universités et collèges, dont les syndicats, les journaux, les radios, les centres d'aide LGBTQ et les banques alimentaires. Ces organisations ont dû renvoyer du personnel ou réduire leurs services parce qu'elles ont reçu moins de financement.

Les unes du journal accrochées à l'entrée de la salle des nouvelles du « Eyeopener ».

Le journal étudiant de l'Université de Ryerson à Toronto emploie moins d'une vingtaine de personnes.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

À titre d'exemple, le journal étudiant de l'Université Ryerson, The Eyeopener, a indiqué que près de 56 % des étudiants à plein temps ont choisi de ne pas payer 5,65 $ pour contribuer à son financement.

L'initiative « liberté de choix » avait été annoncée en janvier, en même temps qu'une diminution de 10 % des frais de scolarité et la suppression de la gratuité pour les étudiants à faible revenu.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation