•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau pont entre Lamèque et Shippagan

Le ministre Robert Gauvin en entrevue devant le pont de Shippagan.

Le ministre Robert Gauvin a souligné son engagement à construire le pont (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick prévoit un pont de remplacement pour le pont Lamèque-Shippagan, dans la Péninsule acadienne. Le vice-premier ministre Robert Gauvin en a fait l'annonce mardi, après le dépôt du deuxième budget d'immobilisations de la province. Ce pont comprendra un réseau cyclable et piéton pour le transport actif.

Le gouvernement injectera un million de dollars en 2020-2021 pour la conception technique du nouveau pont de remplacement, selon le deuxième budget d'immobilisations du gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs.

[Ce projet] était ma priorité numéro un.

Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick

Si tout va bien, la construction pourrait commencer en 2021 et se terminer en 2024-2025, selon le ministère des Transports.

Le gouvernement reste pour l'instant vague quant à l'emplacement exact de la nouvelle structure.

On sait où le nouveau pont va passer, mais on doit attendre les confirmations techniques pour confirmer ça. On va annoncer au printemps 2020 où le nouveau pont va passer, précise Robert Gauvin.

Ce nouveau pont est la seule annonce concrète de construction faite aujourd'hui. Aux questions sur pourquoi ce projet plutôt qu'un autre. Gauvin explique que le premier ministre lui-même a pu constater l'état déplorable de la structure.

Le premier ministre est passé sous le pont, avec un pêcheur de homard, et il a vu de lui même l’état du pont, indique-t-il.

Un pont gravement abîmé

Selon le ministre Gauvin, la situation du pont Lamèque-Shippagan est critique. C’est un pont qui dépasse, je pense qu’il a 62 ans de vieux. Donc quand les autobus et les transports passent, des fois il y a des miroirs qui se frappent ensemble et ça, c’est vrai. Donc le pont, il ne répond plus aux normes.

Il a d'ailleurs causé de graves désagréments aux résidents de la Péninsule acadienne au cours des dernières années. Il y a déjà eu une femme enceinte de Miscou qui est restée prise au pont pendant qu’il se levait. Ceci n’est vraiment pas des farces, c’est quelque chose de très important, illustre le ministre.

Le maire de l'île Lamèque ajoute que l'infrastructure n'est simplement plus sécuritaire : le pont date de 1960. Il est très âgé. Il n’a pas été conçu pour le volume de transport d'aujourd’hui, la largeur des camions non plus. Il y a une courbe qui est dangereuse.

Pour la mairesse de Shippagan plus qu’une question d'infrastructure et de construction, le pont est d’abord une question de sécurité publique.

On considère, nous, que c’est le côté sécurité qui est important. Parce que, ces gens-là, quand le pont ne fonctionne pas, ils sont carrément isolés. Ils sont pris sur l’île, soutient Anita Savoie, mairesse de Shippagan.

En avant le transport actif

L’autre bonne nouvelle est que lors de sa reconstruction, le pont subira plusieurs améliorations et modernisations. Il sera notamment plus large et contiendra une voie spéciale pour le passage des piétons et les vélos.

Dans toute cette annonce-là, l’aspect qui me réjouit le plus, c’est que je suis un cycliste. Et d’entendre nous dire que la conception va inclure une voie de transport actif. Pour moi là, je suis heureux, commente, Armand Caron, le secrétaire du Comité du pont Lamèque-Shippagan.

Un détail qui ravit aussi le maire de l’île Lamèque.

C’est une annonce qui fait du bien. On l'attendait depuis un bon bout de temps. On est très heureux qu’on annonce que ce pont va aussi contenir un réseau cyclable, exprime-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale