•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Faucon et Yic Camara, francophones de l’année aux prix du Pont Cultural Bridge

Des femmes récompensées lors d'un gala posent dans des tenues élégantes.

Quelques lauréates des prix remis par le Pont Cultural Bridge.

Photo : Pont Cultural Bridge

Laureen Laboret

L'organisme Pont Cultural Bridge a remis ses prix à Edmonton, en célébration de ceux - membres de communautés, partenaires, mécènes - qui ont participé à ses activités toute l'année et qui l'ont aidé à continuer sa mission d’aide à l’intégration des migrants.

Pour Giscard Kodiane, directeur de l’organisme situé à Edmonton, le moment fort de la soirée est sans nul doute l’annonce des lauréats pour l’homme et la femme francophones de l’année.

Cela nous tient à coeur de récompenser des personnes francophones qui ont oeuvré à la diversité et à l’implication.

Giscard Kodiane, directeur du Pont Cultural Bridge

C’est Valérie Faucon, une agente immobilière d’origine belge qui a reçu le prix de la Femme de l’année en raison notamment du soutien financier qu’elle a apporté à plusieurs communautés. Du côté des hommes, Yic Camara, coordonnateur des services d’établissement dans les écoles francophones et d’immersion française à Edmonton et à Fort Mcmurray, repart avec le trophée.

De nouvelles récompenses

Pour une deuxième année de suite, cette soirée a été l’occasion de distribuer six prix, alors qu'il y en avait trois l’année dernière.

Parmi les nouvelles récompenses attribuées samedi, le prix d'excellence Adamiatou-Konaté du leadership francophone 2019. Ce prix a pour objectif d’encourager les jeunes femmes à suivre l’exemple de la Dre Adamiatou Konaté, décédée il y a un an. Le mari de cette dernière a dit qu'il était touché de pouvoir remettre ce premier prix en l'honneur de son épouse.

C’est Chantal Londjidang qui a été distinguée dans cette catégorie. Bien connue dans la communauté francophone d’Edmonton, elle a notamment été une des membres fondatrices de la Radio-Communautaire du Grand Edmonton, Radio Cité 97,9 FM. Elle a également fondé une association de femmes pour l’autonomisation économique et l’éducation en santé sexuelle des femmes d’ascendance africaine, en mémoire de sa sœur, Madeleine Sanam, morte en 1988.

Le Prix du meilleur jeune entrepreneur a couronné Issa Bah, d'IB transport. Quant à l’enseignante Thérèse Djob, de FrenchetVoilà, elle a obtenu le prix du public dans la même catégorie.

La dernière nouveauté de l’année était un prix non individuel qui visait à célébrer la meilleure communauté francophone. C’est l'Association Niger Canada Sahel d'Edmonton (ANCS) qui a été distinguée. Ils ont beaucoup travaillé cette année et se sont bien impliqués dans les divers événements des organismes francophones , rappelle Giscard Kodiane.

Beauté et implication

La soirée s’est clôturée par l'élection de Sandrine Sea, qui a remporté le prix Awoulaba, un concours de beauté engagé. Nous voulons promouvoir la diversité de la beauté féminine et sortir du stéréotype imposé par la société : toutes les femmes sont belles, affirme Giscard Kodiane. Selon lui, dans ce concours, la mise en valeur de la culture est primordiale. Le thème de cette année était : Femme et entrepreneuriat.

Au-delà du physique, il est important de sensibiliser à des valeurs.

Giscard Kodiane, directeur du Pont Cultural Bridge

Giscard Kodiane veut que ces prix soient remis chaque année, mais il affirme avoir besoin de soutien : Nous manquons de moyens, mais cette remise de prix est importante, elle a un impact dans nos communautés, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Associations francophones