•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouvel accord de libre-échange inquiète l’industrie et les employés de l’aluminium

De l'aluminium dans un entrepôt.

De l'aluminium dans un entrepôt

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La signature d’une nouvelle version de l'Accord Canada-États-Unis-Mexique est officielle. Elle préoccupe toutefois l’industrie de l’aluminium et ses travailleurs pour plusieurs raisons.

Le pays du président Andres Manuel Lopez Obrador voudrait pouvoir importer de l’aluminium de pays étrangers sans subir de pénalités comme il est prévu actuellement.

Le Mexique accepte de resserrer le cadre de définition de l’acier, mais refuse de faire la même chose pour l’aluminium.

L’Association de l’aluminium du Canada déplore ce résultat aurait des répercussions importantes au Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean en particulier. Les huit usines québécoises et celle située en Colombie-Britannique exportent surtout sur le marché nord-américain.

On est en train de créer une cour arrière pour l’importation de produits chinois à l’intérieur du Mexique et donc donner accès à la Chine au marché américain sans qu’il ne soit signataire de cette entente, explique le président de l’Association, Jean Simard.

Mise en garde des travailleurs de l’aluminium

À l’aluminerie de Rio Tinto à Alma, le syndicat partage les mêmes craintes. Le président Sylvain Maltais rappelle que les producteurs laitiers et les agriculteurs ont perdu une importante bataille lors de la première mouture de l’accord il y a un an. Si, par surcroît, l’aluminium écope cette fois, la pilule serait très difficile à avaler au Saguenay-Lac-Saint-Jean selon lui.

C’est clair que pour  nous, il n’y a pas d’entente possible si l’aluminium et l’acier ne sont pas égaux.

Sylvain Maltais, président du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma

Les représentants syndicaux demandent au premier ministre Justin Trudeau et à la vice-première ministre Chrystia Freeland de protéger les travailleurs et de respecter leur promesse électorale.

D'après les informations de Mélissa Savoie-Soulières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Relations internationales