•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coupable de possession de cocaïne, Donald Brashear veut reprendre sa vie en main

Donald Brashear au palais de justice de Québec. Il est vêtu d'un coton ouaté et d'une veste en cuir noir.

Donald Brashear au palais de justice de Québec

Photo : Radio-Canada

Marie-Pier Mercier

L’ex-hockeyeur Donald Brashear, qui a plaidé coupable mardi matin des chefs d'accusation de méfait et de possession de cocaïne, est déterminé à reprendre sa vie en main.

En raison de sa bonne conduite et des efforts accomplis pour revenir sur le droit chemin, le juge de la Cour du Québec Mario Tremblay lui a accordé l’absolution conditionnelle. Il devra garder la paix et avoir une bonne conduite.

L'ancien bagarreur, qui a notamment porté les couleurs du Canadien de Montréal, a été arrêté par la police de Québec le 5 juin dernier parce qu'il a brisé une fenêtre d'un immeuble de logements du quartier Des Châtels, dans le nord de Québec.

Il avait alors 0,6 g de cocaïne en sa possession.

Plusieurs jours de thérapie

Selon l'avocat Vincent Montminy, son client a passé plusieurs jours en thérapie. « Je vois ma psy chaque semaine. Je me suis perdu un petit peu et je me suis retrouvé en thérapie », a affirmé au tribunal Donald Brashear.

« Vous ne reverrez pas monsieur ici à la cour, sauf pour les bonnes raisons », a lancé Me Montminy au juge Tremblay.

Ce dernier a d’ailleurs félicité l’accusé, avant de lui donner l’absolution conditionnelle.

« Les compliments du juge m’ont vraiment fait chaud au cœur. Avoir des compliments dans la vie et se faire féliciter pour les efforts qu’on fait, ça n’arrive pas souvent », a lancé M. Brashear aux journalistes en sortant de la salle d'audience.

Donald Brashear tient son bâton à deux mains.

Donald Brashear

Photo : Getty Images / Abelimages

L’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH) a d’ailleurs plusieurs projets.

« C’étaient vraiment mes derniers déboires avec la justice. Je veux que ma vie avance dans le positif. Je vais commencer à donner des conférences pour aider le monde et partager mon expérience. Je veux essayer d’inspirer les gens à faire comme j’ai fait. On peut tomber, mais on peut se relever aussi », a-t-il ajouté.

Ce ne sont pas les premiers déboires de M. Brashear avec la justice : les problèmes se sont accumulés pour l'ancien hockeyeur qui a terminé sa carrière avec les Rangers de New York en 2010.

Faillite

Celui qui a porté le numéro 87 éprouve des problèmes financiers qui l'ont forcé à mettre son entreprise en faillite, en novembre 2018. Il travaille maintenant dans un Tim Hortons de la région de Québec.

Brashear et son entreprise ont été condamnés à payer près de 200 000 $ pour des prêts hypothécaires qui n'avaient pas été entièrement remboursés.

L'immeuble qu'il a vandalisé, le 5 juin, est celui qu'il a habité après avoir dû quitter sa résidence de Lac-Beauport.

L'athlète de 47 ans habite maintenant un autre logement du quartier Des Châtels.

Démêlés avec la justice

Brashear a déjà fait face à la justice criminelle pour des événements survenus alors qu'il jouait dans des ligues semi-professionnelles.

Il avait bénéficié d'une absolution après avoir été déclaré coupable de voies de fait pour s'en être pris violemment à un adversaire sans défense en 2004 à Thetford Mines.

En 2011, il a frappé un adversaire après un match à la sortie de l'aréna de Rivière-du-Loup. Il avait dû respecter une probation de 18 mois pour son geste.

La victime avait par la suite intenté une poursuite civile au terme de laquelle Brashear avait été condamné à lui verser 9280 $

Donald Brashear dans une bagarre avec George Parros en novembre 2008.

Donald Brashear et George Parros en novembre 2008

Photo : Getty Images / Christian Petersen

15 millions dans sa carrière

Brashear a disputé plus de 1000 matchs dans la Ligue nationale, avec les équipes de Montréal, de Vancouver, de Philadelphie, de Washington et de New York.

Selon le site spécialisé Hockey Zone Plus, il a empoché plus de 15 millions de dollars durant sa carrière, qui s'est étirée sur 15 saisons.

Avec des informations de Yannick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Crimes et délits