•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La facture pour la décontamination du Domaine Kogan fait un bond de 234 %

Une grille interdit l'accès au terrain du Domaine Kogan.

La décontamination du terrain du Domaine Kogan sera beaucoup plus coûteuse que prévue.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Patrick Bergeron

La décontamination du terrain du Domaine Kogan coûtera beaucoup plus cher que prévu à la Ville de Rivière-du-Loup.

Les élus ont appris la semaine dernière que la facture pour la dernière phase de décontamination, qui a été réalisée cet automne, a plus que doublé. L'évaluation initiale pour ces travaux était de 197 000 $. Lundi soir, les élus ont appris que la réhabilitation des sols a finalement coûté 461 000 $.

Devant l'explosion des coûts, les élus ont demandé des explications à la firme qui a fait l'évaluation des travaux. Pour la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, il est important de comprendre ce qui a pu se produire pour en arriver là.

Sylvie Vignet parle au microphone lors d'une séance du conseil municipal.

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

On a demandé un rapport à la firme qui a préparé le dossier. Parce que ce dépassement de coût ne fait pas notre affaire, mais pas du tout.

Sylvie Vignet mairesse de Rivière-du-Loup

Il ne s'agit pas de la première mauvaise surprise relativement à la décontamination du terrain. En 2015, Québec avait confirmé que ces travaux coûteraient 125 000 $. Rapidement, les élus s'étaient rendu compte que cette somme était nettement insuffisante. Au cours de l'année 2019, le gouvernement provincial a annoncé une nouvelle aide de 227 000 $ pour terminer les travaux.

La Ville espère maintenant trouver une façon peu coûteuse de dépolluer les sols contaminés qui ont été enlevés du terrain. La terre est actuellement entreposée au lieu d'enfouissement technique de Rivière-du-Loup. La mairesse ne peut confirmer si d'autres sommes devront être investies pour y parvenir. Au passage, elle évoque la possibilité d'utiliser cette matière pour recouvrir les déchets qui sont envoyés au dépotoir.

Malgré ce nouveau dépassement de coût, Sylvie Vignet maintient que le projet demeure viable pour la Ville. Maintenant que le terrain est décontaminé, on va pouvoir le vendre et aller de l'avant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale