•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec finance une nouvelle technologie de recyclage de batteries lithium-ion

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une batterie lithium-ion démantelée.

La firme KPMG estime que le Québec doit bouger rapidement s'il veut réussir à se tailler une place dans le marché des batteries lithium-ion qui, prédit-elle, sera hautement lucratif.

Photo : Reuters / Wolfgang Rattay

Radio-Canada

Le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles accorde une aide financière de 4,8 millions de dollars à l’entreprise Recyclage Lithion, qui a développé un procédé de recyclage de batteries lithium-ion.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Jonatan Julien en a fait l’annonce, mardi, lors d’une visite des locaux de l’usine pilote en construction dans la région métropolitaine.

La technologie utilisée par Lithion permettra de donner une seconde vie aux ressources, ce qui s’inscrit dans la réflexion que nous venons d’amorcer sur la place du Québec dans la mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques, a déclaré le ministre.

L’aide financière accordée favorisera ainsi la réalisation d’un projet d’économie circulaire qui contribuera à la transition énergétique et à l’électrification des transports. Décarboniser notre économie tout en créant de la richesse, c’est un de nos objectifs prioritaires.

De son côté, la ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau, a évoqué un projet économique qui prendra naissance dans l'est de l'île, un territoire qui est une priorité pour notre gouvernement, afin de le revitaliser et de libérer à nouveau son immense potentiel.

Un jour, on va acheter des autobus, des camions et des autos qu'on va voir arriver ici, et les batteries porteront le logo Recyclage Lithion, a déclaré Benoit Couture, le président de l'entreprise.

Un secteur en transformation

Il existe actuellement peu de solutions de rechange considérées comme écologiques pour le recyclage des batteries lithium-ion.

Québec croit que le projet de Recyclage Lithion, basé sur l’hydrométallurgie, peut changer la donne.

L’entreprise a mis au point un procédé afin de montrer qu’il est possible de recycler de façon sécuritaire tous les types de batteries lithium-ion. Cela permettra notamment de diminuer les émissions et les résidus ainsi que de récupérer des matériaux de grande qualité pouvant servir à la production de nouvelles batteries.

Sur son site Internet, Recyclage Lithion affirme être en mesure de recycler et/ou de retourner aux manufacturiers 95  % des composants et produits de haute pureté pour la fabrication de nouvelles batteries au lithium-ion.

L’usine pilote aura une capacité annuelle de 200 tonnes de batteries lithium-ion, soit l’équivalent de 300 à 650 batteries de voitures électriques.

Le coût global du projet est d'environ 12 millions de dollars.

Une expertise québécoise

Le développement de cette nouvelle technologie de recyclage de batteries est une bonne nouvelle, selon Daniel Breton, porte-parole de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ).

Je pense que c’est très intéressant parce que la technologie que Lithion a développée […], ils affirment pouvoir recycler jusqu’à 95 % des composantes des batteries lithium-ion, rend le processus extrêmement intéressant, souligne M. Breton, qui a été ministre de l'Environnement sous le gouvernement de Pauline Marois.

Cette avenue est particulièrement appréciable, souligne-t-il, lorsqu'on tient compte de la quantité d'énergie importante que nécessite la production d'une batterie, sans compter l'extraction des ressources minières qui la compose comme le lithium notamment.

De développer une expertise québécoise pour les recycler ça donne un plus pour le Québec dans le marché nord-américain. Pour faire en sorte d’être moins dans l’extraction de matières premières et devenir un pôle en matière d’électrification des transports de façon durable, se félicite Daniel Breton.

Pas de montagnes de batteries dans les dépotoirs

Mais bien qu’il constitue une avenue très intéressante, le recyclage de batteries n’en est qu’à ses débuts, souligne Daniel Breton, qui précise qu’il n’y a pas actuellement au Québec une problématique liée aux batteries qui s’accumulent dans les dépotoirs.

Pour le moment, il n’y a pas un gros marché pour le recyclage des batteries lithium-ion parce que les batteries durent généralement plus longtemps que ce à quoi on s’attendait.

Daniel Breton, porte-parole de l’Association des voitures électriques du Québec

Moi j’ai acheté ma première voiture hybride il y aura 20 ans bientôt et j’ai toujours la batterie originale. Il y a un type qui a une Chevrolet Volt à Trois-Rivières qui approche les 800 000 kilomètres, témoigne M. Breton.

Les batteries de voitures usagées ont selon lui jusqu’à trois et même quatre vies avant de prendre la route du recyclage.

Un homme se met au travail dans une usine de recyclage.

Une batterie de voiture électrique est démontée à la main.

Photo : Radio-Canada / Éric Carbonneau

Plusieurs entreprises québécoises et même des constructeurs récupèrent depuis longtemps les batteries des voitures électriques accidentées ou en fin de vie pour améliorer d’autres véhicules électriques ou encore pour fabriquer des batteries stationnaires.

Par exemple, un constructeur comme Nissan, utilise les vieilles batteries de Nissan Leaf comme batteries stationnaires. […] Ils en font des "packs" de batteries superposées et ils envoient ça dans des régions qui sont hors réseau, un peu partout dans le monde, explique Daniel Breton.

Rechargées à l‘aide de l’énergie solaire, éolienne ou encore de génératrices, les batteries stationnaires sont aujourd’hui utilisées pour une foule d’usages comme éclairer des chalets ou de petits bâtiments, ou encore alimenter divers systèmes électriques dans des zones où le réseau électrique ne se rend pas, par exemple dans le Grand Nord ou sur des îles éloignées.

Avec les informations de Maxime Bertrand et de Normand Grondin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !